« Gilets jaunes » : l’État commande des centaines de nouveaux flashballs

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

le gouvernement doit être contre la violence.

( riractualites.fr )

Le ministère de l’Intérieur vient de lancer un appel d’offres afin d’acquérir plusieurs lanceurs de balles de défense (LBD) supplémentaires : les fameux flashballs.

Abondamment utilisés par les forces de l’ordre pendant les manifestations des « gilets jaunes », les flashballs ont visiblement répondu aux attentes du gouvernement qui a décidé d’en commander de nouveaux.

Disponible sur le site marches-publics.gouv.fr, l’appel d’offres émis par le ministère de l’Intérieur concerne l’acquisition « de lanceurs multi-coups en 4 ou 6 coups, de lanceurs mono-coup de calibre 40 mm et des matériels associés au profit des services de la police nationale et de la gendarmerie nationale ».

Selon les informations du Figaro, l’appel d’offres se subdivise en trois ensembles distincts comprenant un lot de 180 lanceurs multi-coups à six coups, un lot de 270 lanceurs multi-coups à quatre coups et un lot de 1280 lanceurs mono-coup.

Contacté par Libération, la Direction générale de la police nationale affirme que les lanceurs multi-coups seraient « destinés à tirer exclusivement des grenades lacrymogènes, fumigènes ou assourdissantes», tandis que les lanceurs mono-coup  plus légers et donc plus maniables  sont utilisés pour projeter des balles semi rigides en caoutchouc.

Si les autorités n’ont fourni aucune statistique officielle quand aux blessures provoquées par les fameux LBD, Libération estime que les flashballs sont soupçonnés d’avoir blessé une trentaine d’individus pendant les manifestations des « gilets jaunes ».

D’après le quotidien, dix personnes ont été éborgnées pendant que d’autres ont souffert de fractures au niveau du visage ou du crâne.

Alors que plusieurs voix se sont fait entendre afin de demander que les forces de l’ordre cessent d’utiliser ces armes controversées pour réprimer les manifestations des « gilets jaunes », la préfecture de police de Paris a expliqué à nos confrères de Libération qu’il « n’était pas question de laisser les policiers démunis d’armes intermédiaires face à la violence des participants à ces attroupements ».

 

Source : https://m.epochtimes.fr

Crédit photo : capture d’écran : https://m.epochtimes.fr

 

point de vue de : riractualites.fr

comment peut-on dire que l’État n’a pas les moyens.

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail