Steve Bannon finance-t-il la campagne des européennes du Rassemblement national ? : Louis Aliot dément

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Steve Bannon finance-t-il la campagne des européennes du Rassemblement national ? : Louis Aliot dément

Le député des P-.O., cadre du Rassemblement national est mis en cause dans un reportage d’Envoyé Spécial. Il a participé à un rendez-vous à Londres avec le millionaire américain Steeve Bannon au cours duquel il a été question de finances. Le reportage laisse entendre que celui qui a contribué à la victoire de Trump aux États-Unis financerait la campagne des européennes de l’ex-FN. Ce dont les principaux protagonistes se défendent.

« Steve Bannon, le stratège de l’ombre », un reportage de l’émission Envoyé spécial diffusé jeudi 9 mai met en cause deux cadres du Rassemblement national dont le numéro 2 du parti, Louis Aliot aujourd’hui également député des P.-O.

Des extraits d’un documentaire américain réalisé par Alyson Klayman montrent notamment les images d’une réunion tenue à Londres au cours de l’été 2018. Steve Bannon reçoit dans un hôtel Jérôme Rivière, chargé des questions internationales au Rassemblement national et Louis Aliot. « Ils venaient le voir comme un consultant »raconte la réalisatrice qui ajoute : « très vite, ils lui ont parlé argent. Je crois que c’est pour ça qu’ils venaient le voir ». Elle évoque ensuite des classeurs et des papiers. Le film laisse entendre Steeve Banon évoquer « deux millions d’euros de frais en juillet et août »avant qu’Alyson Klayman ne soit priée de quitter la pièce.

Alors que la loi française interdit les dons et emprunts venus de l’étranger, la question est de savoir si le millionnaire américain finance la campagne des élections européennes du Rassemblement national. Ce dont se défend Jérôme Rivière. Reconnaisant en Steve Bannon, « le symbole de la victoire de Donald Trump », il affirme être allé chercher auprès de lui une forme d’expertise : « Mais la  politique américaine n’a rien à voir avec  la politique française, les États-Unis utilisent les fichiers électeurs, en France, on ne peut pas ».Dans le reportage, Steve Bannon, quant à lui, explique que les cadres du RN étaient venus auprès de lui chercher des conseils pour  « lever des fonds auprès de petits donateurs » et rembourser les crédits qu’ils ont contractés en Russie.

De son côté Louis Aliot s’était contenté d’une brève réaction aux journalistes d’Envoyé Spécial. Alors que la polémique gonflait ces derniers jours, il a posté un message sur les réseaux sociaux ce dimanche, reprenant les arguments évoqués à l’antenne par Jérôme Rivière.

« C’est dans ce strict respect des lois en vigueur que nous nous sommes déplacés à Londres, dans l’espace économique européen, à la recherche d’un crédit bancaire au moment où les banques françaises refusaient antidémocratiquement de nous prêter pour faire campagne aux élections européennes. Dans l’approche de certains instituts bancaires britanniques, Monsieur Steeve Bannon a amicalement tenté de nous aider. Face à ces refus bancaires français et européens, nous nous sommes finalement tournés vers nos adhérents et militants, qui en quelques semaines ont relevé ce défi démocratique, et nous permettent aujourd’hui de faire une belle campagne en toute liberté. »

Contacté par L’Indépendant, le député des P.-O. ajoutait : « cette affaire démontre que tout est permis en politique. Bannon est un consultant, il n’est ni élu ni membre d’une institution ni à la Maison blanche. Il a une expérience de terrain dont nous pouvons nous nourrir même si nos systèmes politiques sont totalement différents et ne peuvent se comparer ». 

 

Source : https://www.lindependant.fr

Crédit photo : capture d’écran

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail