La petite Elisabeth empoisonnée au détergent est sortie du coma

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Une fillette de 22 mois empoisonnée au détergent en buvant un verre de jus de pomme

Le jeudi 1er août dernier, Elisabeth, une fillette de 22 mois, a failli mourir après avoir été intoxiquée au détergent dans un restaurant, à Pornic (Loire-Atlantique). La petite fille est sortie du coma près de dix jours après l’accident.

Bonne nouvelle pour les proches de la petite Elisabeth. La fillette âgée de 22 mois qui a été empoisonnée au détergent, pensant boire du jus de pomme au restaurant La Fontaine aux Bretons, à Pornic (Loire-Atlantique) va mieux. D’après Presse Océan, ses parents ont annoncé le vendredi 9 août dernier, dans la soirée, que leur enfant est sortie du coma artificiel dans lequel elle avait été plongée.

Son père a ainsi témoigné de la situation : « Elle est réveillée et sans assistance respiratoire. » La petite fille était notamment touchée par un œdème, provoqué par les brûlures du produit, qui l’empêchait de respirer normalement.

Pour s’alimenter, un tube lui est inséré pour accéder à son estomac, et ainsi éviter que son œsophage ne soit perforé. Les parents d’Elisabeth, qui sont originaires d’Île-de-France, espèrent qu’elle sera transférée à Paris début de semaine prochaine. « Son transfert est soumis à l’autorisation de l’hôpital qui va l’accueillir », explique l’un d’entre eux.

L’événement remonte au jeudi 1er août dernier, alors que la famille était en vacances dans l’Ouest de la France. Elisabeth pensait boire du jus de pomme. « Je croyais que c’était de l’alcool, a témoigné le père de la fillette, qui a porté plainte contre le restaurant, auprès de Ouest-France.

En goûtant, je me suis brûlé les lèvres, ma femme en a presque avalé. Le produit a traversé sa robe et lui a brûlé la peau, de la simple lessive ne fait pas ça ». Selon les premiers éléments de l’enquête, les liquides mis en cause auraient été laissés par un employé dans un récipient qui contenait du jus de pomme avant qu’un autre ne le range et qu’un troisième ne le serve, sans savoir.

Source : https://www.closermag.fr

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail
Publicités