Un chauffeur de camion parcourt 4500 kilomètres pour sauver un pitbull de l’euthanasie

Jusqu’où iriez-vous pour prévenir une tragédie ? Pour l’américain de l’État de la Géorgie Mario Rodriguez, ça a été de parcourir 4 500 km.

Après que Mario a perdu son pit-bull bien-aimé, King, son épouse, Sabrina, a remarqué un appel à l’aide à l’autre bout du pays qui a touché son cœur. Les Animal Care Centers de New York étaient à la recherche d’un foyer permanent pour un chien nommé Hickory, un joyeux pitbull de 2 ans qui ressemblait étrangement au chien que la famille Rodriguez avait perdu. Mais le refuge manquait d’espace pour abriter tous les chiens, et Hickory risquait de devoir être euthanasié.

« Tous les membres de notre famille ont grandi avec cette race », a dit Mario au Dodo. « Ce sont des animaux qui débordent d’amour à donner. » Mario, un chauffeur de camion, a été immédiatement interpellé par l’histoire de Hickory, mais il savait que s’il tentait de l’adopter, il devrait mener une course contre la montre ; Hickory était à l’autre bout du pays à New York. « J’ai dit à ma femme : ‘Je dois aller le chercher’ », raconte-t-il. « Je suis en mission pour sauver ce chien. »

Le chauffeur de camion méthodique a demandé à faire un voyage à proximité de l’État de New York, et son employeur a fait en sorte de pouvoir lui assigner un voyage dans cette région. Mario a appelé le refuge pour leur demander de garder Hickory pour lui ; il était en route, et le chien avait un foyer si seulement ils pouvaient tenir quelques jours. « Je patientais tant bien que mal sur la route et à travers les aléas de la circulation, et j’appelais le refuge tous les jours », a admis Mario, terrifié à l’idée qu’il n’y arriverait pas assez vite. « Il est toujours là, Mario, il est toujours là ! », répondait l’équipe du refuge.

Le voyage a fini par prendre au chauffeur stoïque six jours et six nuits. Mario est arrivé au refuge de l’ACC de Brooklyn avec les épaules tendues par la pression d’une semaine d’attente, mais il n’a pas été déçu. « Je me suis garé et je me suis précipité à l’intérieur », se souvient-il, expliquant comment le personnel heureux du refuge l’a emmené rapidement au chenil pour rencontrer son nouvel ami. « Dès qu’Hickory m’a vu, il a littéralement failli sauter par la porte du chenil », raconte Mario. J’ai dit : « C’est ça, mon ami ! On rentre à la maison ! »

« On aurait dit qu’il m’attendait […] On a eu une connexion instantanée. »

Après avoir rempli les papiers d’adoption et officialisé le cautionnement, ils ont commencé leur voyage épique de retour en Géorgie. Mais cette fois, ils allaient s’amuser. Hickory est monté dans le camion, apparemment impatient de rencontrer sa nouvelle famille. Lorsqu’ils sont rentrés chez eux, Hickory a été présenté à ses « frères pitbulls », Cooper et Angel ; ils se sont immédiatement liés d’amitié, jouant dans la cour comme des enfants exubérants. « C’était un spectacle à voir », a dit Mario.

Hickory a même joué doucement avec le plus jeune membre de la famille, le petit-fils de Mario, qui n’était encore qu’un bébé. Mais pour Hickory, le lien qui signifiait le plus était avec l’homme qui a parcouru 4 500 km pour le sauver. C’est ainsi que la famille a eu une idée grandiose : Hickory serait le compagnon de route permanent de Mario !

Comment la vie sur la route traite-t-elle la paire d’aventuriers ?

Franchement, ils adorent ça. « Il voit tellement de choses qu’il n’a jamais vues auparavant », a dit Mario au sujet du nouveau souffle de vie d’Hickory, qui est documenté sur la page Facebook du chien pour le plaisir de tous. « On s’est arrêtés tout le long du chemin dans des endroits comme des parcs ou des fermes de l’ouest, où il a rencontré des chevaux. » Mario économise même un centime pour chaque kilomètre parcouru ; l’argent est investi dans les frais d’adoption d’autres chiens à risque comme Hickory.

Après quelques années de plus sur la route, Mario rêve d’ouvrir son propre organisme de sauvetage de pitbulls après sa retraite. « Hickory valait tous ces kilomètres », a-t-il dit.

Source : https://fr.theepochtimes.com