« J’AI TOUT VU DU MASSACRE ». UN TÉMOIN RACONTE L’AGRESSION DE LA JEUNE FEMME BATTUE À MORT À CAGNES-SUR-MER….

« J’AI TOUT VU DU MASSACRE ». UN TÉMOIN RACONTE L’AGRESSION DE LA JEUNE FEMME BATTUE À MORT À CAGNES-SUR-MER….

Un jeune homme de 19 ans a été le témoin de l’agression meurtrière survenue dans la nuit de vendredi à samedi, à proximité de la gare de Cagnes-sur-Mer. Il a tenté de s’interposer, mais l’agresseur « m’a menacé de me planter et m’a même dit qu’il avait un gun », affirme-t-il.

Au lendemain de la découverte du cadavre d’une jeune femme battue à mort à proximité de la gare de Cagnes-sur-Mer, le quartier s’est réveillé ce dimanche avec le sentiment d’avoir traversé un cauchemar.

 Ce que l’on sait après la découverte d’une jeune femme battue à mort à Cagnes-sur-Mer

Un riverain qui a remarqué samedi qu’un pied dépassait sous un amoncellement de détritus, se rappelle avoir tremblé en appelant la police.

En pleine nuit, il avait déjà alerté le commissariat de Cagnes-sur-Mer, ayant entendu des cris dans ce qu’il croyait être une banale dispute conjugale.

Ce dimanche, nous avons rencontré un jeune homme de 19 ans qui affirme avoir « tout vu ». Un témoignage à la fois terrible et accablant.

« IL M’A MENACÉ DE ME PLANTER »

Dans la nuit de vendredi à samedi, alors qu’il venait de rentrer à son domicile, il a surpris vers 1h15 un échange très vif entre un individu « grand et torse nu », et une jeune femme « d’environ 25 ans, mignonne », qui donnait l’impression de « vider son sac ».

Lorsque la discorde a dégénéré, il est sorti pour tenter de raisonner l’homme. « Il m’a menacé de me planter et m’a même dit qu’il avait un gun », soit une arme à feu dont l’existence n’est cependant pas avérée.

Le jeune homme est alors revenu à son domicile où sa mère a immédiatement alerté la police.

« J’ai tout vu du massacre », se désole-t-il ce dimanche matin après une nuit où il n’a quasiment pas dormi.

Selon son souvenir, le meurtrier a roué de coups la malheureuse, continuant après qu’elle eut perdu connaissance de la frapper au visage, de « lui cogner la tête contre une voiture, puis contre un mur »,et même de « la piétiner » pendant un laps de temps qui lui a paru interminable. « Il l’a fracassée. Elle ne bougeait plus et il s’acharnait. »

Choqué, le jeune homme -qui a été entendu comme témoin par la police samedi- veut tenter d’oublier. « Au début, elle a crié à la mort, c’était horrible. Il semblait n’avoir aucune compassion. J’étais en panique. »

 

 

Source : https://www.nicematin.com

Crédit photo : capture d’écran

Source crédit photo : https://www.nicematin.com

Publicités