« Scandaleux et écœurant » : les primes versées à des cadres de Vivarte choquent les syndicats

La Halle est l'enseigne phare du groupe Vivarte

« Scandaleux et écœurant » : les primes versées à des cadres de Vivarte choquent les syndicats

 

Près d’un million d’euros ont été versés en 2017 et 2018 à des dirigeants de la filiale Vivarte Service. Les syndicats sont scandalisés et rappellent que le groupe est endetté de 300 millions d’euros.

 

Englué dans la crise, le groupe Vivarte a versé des bonus conséquents à ses dirigeants. Le montant total des primes atteint près d’1 million d’euros, selon les informations de nos confrères du Parisien. Vivarte, groupe d’habillement et de chaussures, a actuellement une dette de plus de 300 millions d’euros.

 

« C’est scandaleux, c’est écœurant », dénonce Jean-Louis Alfred, coordinateur CFDT du groupe Vivarte.

 

« On parle d’un groupe en plein démantèlement et on vient de nous dire que les dirigeants s’octroient des primes en 2017 et 2018 alors que Vivarte Services avait perdu 90 salariés dans le cadre d’un PSE », ajoute-t-il sur France Bleu Berry.

 

Sur ce point, la direction de Vivarte souhaite apporter des précisions : ces primes ont été versées à des dirigeants qui ont atteint leur objectif de cessions de plusieurs entreprises du groupe Vivarte. Des cessions qui ont permis d’assurer la pérennité du groupe et de sauver 5 000 emplois.

 

Quel avenir pour les salariés dans l’Indre ?

Depuis plusieurs années, le groupe Vivarte multiplie les cessions d’entreprises. Il ne lui reste plus que trois filiales. La Halle reste l’enseigne phare. L’outil logistique est basé dans l’Indre, avec deux dépôts à Issoudun et Montierchaume. Près de 600 personnes y travaillent. « Il y a de moins en moins de marchandises qui passent. Les salariés ne sont pas aveugles, ils savent ce qui les attend », souligne Jean-Louis Alfred.

 

Les syndicats du groupe Vivarte pointent du doigt ces bonus versés à des dirigeants. « Il n’y aura pas d’agrandissement de la logistique, il n’y aura aucun investissement. Les salariés qui font de la manutention depuis 35 ans sont ruinés physiquement. La logistique a très peu d’avenir dans l’Indre », assure Jean-Louis Alfred.

 

La direction de Vivarte rejette en bloc les propos tenus par le coordinateur CFDT pour le groupe Vivarte. Elle rappelle que des travaux d’extension seront menés pour le dépôt d’Issoudun. 12 000 mètres carrés seront construits en plus, pour un investissement de 9 millions d’euros minimum.

 

 

 

 

Source : https://www.francebleu.fr
Crédit photo : Capture d’écran
Source crédit photo : https://www.francebleu.fr

Publicités