Ils incendient un bus et publient un selfie….

«On a eu peur», disent-ils pour expliquer leur geste./ Archives DDM, Th.B.
Ils incendient un bus et publient un selfie….

Anthony et Lucas, deux jeunes âgés de 18 ans le jour des faits et inconnus de la justice, comparaissent libres devant le tribunal de Toulouse pour avoir incendié volontairement un bus stationné sur un parking à Rebigue, le 24 mai dernier.

«La connerie, c’est la décontraction de l’intelligence», a commenté Anthony pour accompagner le selfie publié sur son compte Instagram.



Sur l’image, il apparaît souriant devant le bus calciné en arrière-plan.

Lors de ses auditions devant les enquêteurs, il leur avait indiqué : «Cette photo, c’est pour faire passer un message pour dire que c’est une connerie et qu’il ne faut jamais arrêter de réfléchir».

Cette publication ne manque pas d’indigner l’ensemble du tribunal.



Son avocate, Me Emmanuelle Franck, le reconnaît : «On ne va pas leur décerner les prix Nobel d’intelligence». «Mais qu’est-ce qui vous a pris ?» questionne le président.

Les deux protagonistes, qui s’étaient déjà rendus sur les lieux la veille, ne peuvent s’en expliquer. Lucas est tête baissée à la barre : «On ne savait pas qu’il était ouvert.

On a réussi à le démarrer, on ne savait pas comment faire : on a eu peur, on a mis le feu», glisse le prévenu, assisté de Me Joris Morer.

Et le mode opératoire était simplissime : embraser les rideaux avec des feuilles de papier.

«Ils ont pris un risque délirant, que le feu se propage de façon incontrôlée», relève la procureure.

«On sait de quoi on parle là ? De 10 ans d’emprisonnement !» fustige-t-elle.



Le tribunal condamne Anthony à 18 mois de prison avec sursis avec l’obligation d’effectuer 105 heures de travail d’intérêt général dans les 18 prochains mois.

Lucas, quant à lui, est condamné à 18mois de prison dont 12 mois assortis d’un sursis avec mise à l’épreuve pendant 2 ans.

Il leur est fait l’obligation de travailler et de ne pas porter d’armes pendant 5 ans.

Source : https://www.ladepeche.fr

Crédit photo : capture d’écran : https://www.ladepeche.fr
Publicités