« Rien n’arrête ma fille de 7 ans, accro aux sports extrêmes »

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Irresponsabilité maternelle, folle prétention, ou volonté de repousser les limites de son enfant ? Stephanie a initié sa fille, Lola, 7 ans, aux sports extrêmes. Et la petite en redemande… Mais est-ce bien raisonnable ?

Certains la qualifieraient de mère indigne et inconsciente. D’autres pourraient admirer la complicité qui unit cette maman trentenaire et sa fillette, aussi intrépides l’une que l’autre.

Car Stephanie Bolam, 33 ans, et sa fille, Lola, 7 ans, multiplient ensemble les aventures sportives, et dans des disciplines parfois extrêmes et risquées : motocross, alpinisme, voile, ski….

Et rien ne semble entamer la détermination de la gamine, haute comme trois pommes, qui arrive tout juste à la hauteur de la barre d’un voilier !


7 ans ne serait-il plus l’âge de raison ? En tout cas, la peur du danger, le risque d’accident ou la hantise du vertige ne semblent pas effleurer mère et fille, qui vivent sur une péniche à Battersea, dans le sud-ouest de Londres.

Cofondatrice de la marque de vêtements Filthy Cute London, et ancienne analyste à la City, Stephanie a été initiée très jeune au sport, par son père.

Une passion décuplée après la naissance de Lola : « Le rôle parental et l’aventure semblent contradictoires : d’une part, on devient plus sensible et respectueuse de la vie en devenant maman.

Mais, d’autre part, après avoir accouché, je voulais reprendre le contrôle de mon existence. »

« Rouler à moto hors de la route n’est pas plus dangereux que la bicyclette »

Elle est ainsi devenue une alpiniste accomplie, une marathonienne extrême dans les milieux les plus inhospitaliers du monde, et une pilote d’essai.


C’est justement sur une moto d’enduro qu’elle a initié Lola au sport. Un coup de foudre pour la fillette, qui a ensuite voulu découvrir d’autres disciplines.

« Nous skions ensemble, nous faisons de l’escalade et du motocross. Elle y passe des heures et des heures !

N’est-ce pas exagéré, à un si jeune âge ? « Il y a toujours des gens pour dire : « Oh, je ne laisserais jamais mon enfant conduire une moto », répond Stéphanie. Mais Lola ne conduit pas sur une route.

C’est tellement mieux d’apprendre très jeune et dans un environnement sûr.

Si elle veut un jour faire de la route, c’est à elle de décider. L’année prochaine, elle pourra avoir un modèle plus gros, et commencer à faire de la compétition si elle le souhaite. »

La maman n’a pas l’air de redouter les accidents : « Pour moi, rouler à moto hors de la route n’est pas plus dangereux que d’initier un enfant à la bicyclette. »

A voir… D’autant qu’elle est obligée de reconnaître que sa fille n’a pas accroché à tous les sports, comme l’escalade par exemple : « Nous avons eu des bons et des mauvais jours.


Il y a eu des moments où elle a fondu en larmes à 10 m d’altitude, alors que je pensais qu’elle avait passé un bon moment ! » C’est la preuve que Lola, qui veut être aussi intrépide que sa mère, doit accepter ses propres limites…

Source : https://www.closermag.fr

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail
Publicités