« C’est totalement illégal »… Des internautes tentent de « normaliser » la « pédophilie avec le hashtag #MAP..

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail


« C’est totalement illégal »… Des internautes tentent de « normaliser » la « pédophilie avec le hashtag #MAP…

Certains internautes, qui disent appartenir à la communauté #MAP («Minor Attracted People ») défendent ouvertement « les relations sexuelles » entre adultes et enfants, au mépris de la loi

Certains internautes, qui disent appartenir à la communauté #MAP («Minor Attracted People ») défendent ouvertement « les relations sexuelles » entre adultes et enfants, au mépris de la loi

« L’extrême jeunesse, celle qui s’étend de la dixième à la seizième année, me semble être le véritable troisième sexe ».

Cette citation de l’écrivain Gabriel Matzneff, au cœur d’une affaire de pédophilie qui vient de prendre une tournure judiciaire, révolte aujourd’hui une grande partie de la société.

Mais les discours faisant l’apologie de la pédophilie ou de la pédocriminalité n’ont pas pour autant disparu.

Nombreux sont ceux qui continuent aujourd’hui à défendre ouvertement « les relations sexuelles » entre adultes et enfants, au mépris de la loi.




Dans un thread publié en décembre, l’internaute Anna DeWitt qui gère le compte Twitter@CtesseDeLoynes a découvert la présence d’un banal hashtag sous lequel se cache en réalité une véritable communauté de pédophiles.

« Il m’a suffi de simplement cliquer sur le #MAP [l’acronyme de Minor Attracted People («personne attirée par des mineurs »)] pour trouver des pédophiles revendiqués, en moins d’une minute », explique-t-elle.

Sur Twitter ou Instagram, des centaines de comptes évoquent ainsi librement leur paraphilie, soutenant que « la pédophilie est une orientation sexuelle normale », au même titre que l’homosexualité.

Une véritable « sub-culture » qui s’est développée sur le Web
Ces internautes appartiennent à la communauté #MAP, qui vient tout droit des États-Unis.

Les membres de ce mouvement, qui s’est développé ces derniers mois en France, se servent des réseaux sociaux pour tenter de sensibiliser l’opinion publique.

ils expliquent que « les pédophiles sont des marginalisés incompris », et que tant que leur attirance pour les enfants ne sera pas « prise en compte », ils ne devraient pas « être méprisés par la société ».

Comme les autres « sub-culture » du Web, cette communauté possède son propre vocabulaire pour faciliter les interactions sur les réseaux sociaux. On y trouve ainsi les NOMAP (le NO est l’acronyme de « non offending ») qui sont des pédophiles ne souhaitant pas passer à l’acte.

Les acronymes « AoA », « AoC » évoquent eux respectivement l’âge ciblé par les personnes pédophiles et  l’âge du consentement (qui varie selon les pays).

Et les « Pro-C » pour « Procontact » désignent ceux qui sont « pro-actes pédophiles », détaille@CtesseDeLoynes.




Il existe également de nombreux blogs sur Tumblr qui apportent leur soutien aux #MAP, affirmant que ces Minor Attracted People devraient faire partie de la communauté LGBT.

Le blog Pedophiles about Pedophilia défend aussi les pédophiles, ils sont décrits à travers les nombreux articles comme « des personnes marginalisées », qui ne veulent pas « faire de mal » et qui souhaitent juste être « acceptées »
Des discours pour « normaliser » les violences sexuelles
Ce mouvement serait essentiellement composé « de personnes ne voulant pas passer à l’acte », mais pour qui « l’attirance sexuelle n’est, en soi, pas un crime », explique Henry*, un internaute qui dit appartenir à cette communauté. Mais d’après@CtesseDeLoynes, qui affirme étudier ce mouvement depuis quelques mois, le discours de certains serait aujourd’hui « de plus en plus décomplexé ou banalisé ».

Certains membres affichant ouvertement leurs préférences en termes d’âge, d’autres partageant des dossiers rédigés par des pseudo-spécialistes vantant le « droit des enfants à avoir une vie sexuelle active ».

Autant d’échanges qui ont pour objectif de « normaliser » les violences sexuelles envers les enfants…

« On parle beaucoup aujourd’hui de l’affaire Matzneff, et de la tolérance vis-à-vis de la pédocriminalité qui régnait il y a 30 ans en France dans le monde littéraire.

Mais ce qu’on oublie de dire, c’est que cela est toujours d’actualité aujourd’hui, et même plus que jamais avec Internet et les réseaux sociaux qui tentent de banaliser ces actes criminels », explique Latifa Bennari, présidente de l’association «L’Ange Bleu» qui lutte contre la pédophilie. « Ces gens échangeaient avant sur des forums, dans des endroits très fermés, peu accessibles au grand public.




Aujourd’hui, ces idées se propagent librement au grand jour sur Facebook, Twitter ou Instagram, des plateformes faciles d’accès et très populaires. Et c’est totalement illégal ! ».

« C’est beaucoup plus grave que de détenir des images pédopornographiques »
« Faire du prosélytisme, faire l’apologie des relations pédophiles est beaucoup plus grave, à mon sens, que de détenir des images pédopornographiques. Certains peuvent se laisser entraîner par ces discours, qui peuvent paraître plaisants, attractifs (…) On arrête et on punit les consommateurs de contenus pédocriminels, mais les vrais responsables, ce sont ceux qui véhiculent ces idées, qui les propagent à grande échelle, et qui eux peuvent agir en toute impunité », ajoute la présidente de l’association « L’Ange Bleu ».

Depuis la loi de 2018, le fait d’avoir une relation sexuelle avec un mineur de moins de 15 ans est passible de sept ans d’emprisonnement.

La loi punit également la corruption de mineurs, c’est-à-dire le fait de les inciter à des actes sexuels, rappellent les forces de l’ordre, qui ont déjà été averties de l’existence de cette « communauté » sur les réseaux sociaux.

« Le problème, c’est que les pouvoirs publics, et les policiers, ne font pas grand-chose pour lutter efficacement contre cela.

Si aujourd’hui on s’en donnait vraiment les moyens, comme on l’a fait pour la lutte contre les contenus terroristes en ligne, on pourrait empêcher toutes ces idées d’être diffusées », précise Latifa Bennari.

Des dérives non sanctionnées par Twitter ?
Depuis le thread posté en décembre par@CtesseDeLoynes, de nombreux utilisateurs de Twitter ont demandé à la plateforme de bannir les comptes qui disent appartement à la communauté #MAP.

« Hey@Twitter, tu attends quoi pour suspendre les comptes des pédophiles qui partagent leurs astuces et autres saloperies sous le hashtag #MAP ? Et porter plainte ? Tu veux de l’aide ? », a récemment tweeté un internaute.




Le réseau social aurait refusé, à plusieurs reprises, de suspendre certains de ces comptes.

« Nous avons examiné le contenu signalé et nous n’avons pas pu identifier d’infractions aux règles de Twitter », aurait ainsi fait savoir Twitter à la suite du signalement d’un compte faisant la promotion de la pédophilie avec le hashtag #MAP.

Contacté par 20 Minutes, Twitter France affirme « avoir une tolérance zéro en matière de promotion de l’exploitation sexuelle des enfants » et indique « avoir suspendu, de janvier à juin 2019, 244.188 comptes pour des violations liées à l’exploitation sexuelle des enfants », dont 91 % ont été signalés par leurs outils de modération. « Nous continuerons à lutter énergiquement contre les abus sexuels d’enfants sur Internet, ainsi que d’investir dans la technologie et les outils essentiels à notre politique d’application de la tolérance zéro », a affirmé le réseau social.

* Le prénom a été modifié.

Source : https://www.msn.com

Crédit photo : Capture d’écran

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail