Vous ressentez plus d’affection pour les chiens que pour les humains ? Une étude l’explique….

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Nos amis à quatre pattes sont souvent présentés comme le meilleur ami de l’homme.

L’écrivaine Germaine de Staël disait d’ailleurs « Plus je connais les hommes, plus j’aime les chiens ».

C’est un commentaire que nous avons beaucoup lu en commentaire et une étude nous a semblé très intéressant pour les personnes qui ressentent plus d’affection et d’empathie pour les animaux que pour les humains.



Plus le temps passe et plus de gens se rendent compte des dégâts commis par certains êtres humains ou par l’humanité entière, inconsciente de son mode de vie et des conséquences sur la nature.

Beaucoup sombrent dans la misanthropie et voient les animaux comme supérieurs à l’homme.

Les liens entre une personne et son animal de compagnie peuvent être extrêmement forts.

Et cela va même au-delà de son animal de compagnie.

Beaucoup de gens, et nous le lisons en commentaires, ont énormément d’empathie pour les animaux, quasiment davantage que pour des êtres humains.





Pourquoi ? Et est-ce quelque chose de normal ? Une étude s’est intéressé à la question.

Une équipe, dirigés par les professeurs Jack Levin et Arnold Arluke, tous deux sociologues de l’université de Northeastern de Boston, indiquent que nous ressentons tous plus de peine devant la souffrance d’un chien que devant celle d’un humain.

Pour étuder l’empathie, l’équipe de chercheurs a présenté à 240 personnes un faux rapport de police.

« En arrivant sur les lieux du drame quelques minutes après l’attaque, un officier de police a découvert la victime avec une jambe brisée, des lacérations multiples, inconsciente.

Aucune arrestation n’a pu être faite sur le moment.  »

Le rapport contenait une photo de la victime : un chiot, un enfant d’un an, un homme d’une trentaine d’année ou un chien de six ans.





Les chercheurs ont analysé les résultats.

Le test d’empathie a révélé que les gens étaient plus scandalisés quand la victime était un bébé ou un chiot.

Les réactions étaient similaires et cela montre que les personnes considéraient ces deux victimes comme innocentes et sans défense.

En troisième place se trouvait le chien adulte, loin devant l’homme adulte pour lequel les gens n’avaient quasiment pas d’empathie.

Selon les chercheurs, tout dépend de la vulnérabilité de la victime.

Nous avons tendance à avoir plus d’empathie envers ceux qui sont plus faibles et sans défense comme les bébés et les chiots.

Les chiens adultes sont également considérés comme dépendants, comme de gros bébés, alors que les humains adultes sont, dans notre esprit, plus aptes à se défendre.

Donc si vous avez plus d’empathie pour les animaux, ne vous inquiétez pas, vous n’êtes pas fou !



Source : http://incroyable.co

Crédit photo : Capture d’écran

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail
Publicités