Des microplastiques trouvés pour la première fois dans la nourriture humaine

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Des microplastiques trouvés pour la première fois dans la nourriture humaine

Les scientifiques de LONDRES ont trouvé pour la première fois de minuscules morceaux de plastique dans les selles humaines, ce qui suggère qu’ils pourraient maintenant faire partie de la chaîne alimentaire.

Bien que l’étude ait été de petite envergure, avec seulement 8 participants d’Europe, de Russie et du Japon, on a découvert que tous leurs échantillons contenaient des microplastiques.

Les résultats ont surpris les chercheurs de l’Université de médecine de Vienne et de l’Agence autrichienne pour l’environnement, qui ont enregistré 9 types différents de plastique dans les échantillons. Les plus courants étaient le polypropylène et le polytéréphtalate d’éthylène.

Dans chaque 10 g de selles, 20 particules microplastiques ont été trouvées, ce qui indique que les humains les ingèrent très probablement par les aliments.

Aucun des participants à l’étude n’était végétarien et 6 d’entre eux mangeaient du poisson.

Dans les agendas tenus par les participants la semaine précédant la soumission d’un échantillon, les chercheurs ont constaté qu’ils avaient tous été exposés à des aliments ou des boissons emballés dans des bouteilles en plastique.

Les répercussions sur notre compréhension des maladies gastro-intestinales sont importantes, a déclaré le Dr Philipp Schwabl, chercheur principal, bien qu’il ait insisté sur la nécessité de mener des recherches à plus grande échelle.

Bottles of water are displayed on a shelf at a convenience store
Les bouteilles d’eau sont exposées sur l’étagère d’un dépanneur. 

« Il s’agit de la première étude de ce type et elle confirme ce que nous soupçonnons depuis longtemps, à savoir que les plastiques finissent par atteindre l’intestin humain. Ce que cela signifie pour nous, et en particulier pour les patients souffrant de maladies gastro-intestinales, est particulièrement préoccupant », a déclaré M. Schwabl dans un communiqué.

« Bien que les concentrations plasmatiques les plus élevées dans les études animales aient été trouvées dans l’intestin, les plus petites particules microplastiques sont capables de pénétrer dans la circulation sanguine, le système lymphatique et peuvent même atteindre le foie. »

Impact sur l’immunité

Les scientifiques ne connaissent toujours pas les effets des microplastiques sur le corps humain, mais les chercheurs pensent qu’ils peuvent affecter l’immunité du système digestif aux maladies ou encourager la transmission de produits chimiques toxiques.

« Maintenant que nous disposons des premières preuves de la présence de microplastiques à l’intérieur de l’être humain, nous avons besoin de recherches plus poussées pour comprendre ce que cela signifie pour la santé humaine », a dit M. Schwabl.

Les microplastiques sont définis comme toute pièce de plastique de moins de 5 millimètres de diamètre ; ils sont produits dans diverses industries, mais des fragments peuvent aussi être formés par l’altération des produits en plastique dans l’environnement.

Les scientifiques ont découvert que les microplastiques agissent comme une éponge et absorbent d’autres pollutions chimiques déjà présentes dans l’eau, comme le DDT, un pesticide lié à la dégradation du système reproducteur qui est interdit aux États-Unis depuis 40 ans, mais qui est toujours utilisé dans certains pays, comme la Chine.

On estime que 2 à 5 % de tous les plastiques produits se retrouvent dans les océans. Une fois sur place, le plastique est mangé par les animaux marins et entre dans la chaîne alimentaire. D’importantes quantités de microplastiques ont été trouvées dans le thon, le homard et les crevettes, selon les scientifiques.

Il est maintenant pratiquement impossible de retirer ces plastiques de la chaîne alimentaire, mais de nombreux gouvernements cherchent à limiter leur utilisation par les consommateurs ou en réduisant la production de microplastiques eux-mêmes.

Plus tôt cette année, le Parlement européen a approuvé l’interdiction des microplastiques dans les cosmétiques à l’échelle de l’UE, qui fait suite à la législation américaine signée en 2015 par le président Barack Obama, qui interdisait leur utilisation dans les cosmétiques. De plus, de nombreuses villes américaines interdisent les pailles de plastique et les articles à usage unique comme les bâtonnets de coton et les agitateurs de boisson, qui peuvent se décomposer en microplastiques.

Certains microplastiques sont assez petits pour être inhalés dans l’air que nous respirons, selon Frank Kelly, un professeur britannique en santé environnementale.

Cependant, le professeur Alistair Boxall, de l’Université de York au Royaume-Uni, a déclaré qu’il n’était pas inquiet par cette nouvelle étude.

« Des microplastiques ont été trouvés dans l’eau du robinet, l’eau embouteillée, le poisson et la chair des moules et même dans la bière »

« Nous sommes également exposés aux particules de poussière domestique, aux matériaux d’emballage alimentaire et à l’utilisation de bouteilles en plastique. Il est donc inévitable qu’au moins certaines de ces choses pénètrent dans nos poumons et notre système digestif. »

 

 

Source : www.epochtimes.f

Crédit photo : capture d’écran

 

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail