Le foie gras retrouve des couleurs

Les origines et

l’évolution du foie gras

en France. ( riractualites.fr )

Après les crises provoquées par l’épizootie aviaire, la production de foie gras devrait progresser de 49 % en 2018.

L’engouement des Français est au rendez-vous, 75 % le jugent même «incontournable» en période de fêtes.

Un symbole du «vivre ensemble», selon André Daguin.

Il était une fois un foie gras. C’est le conte de Noël préféré des Français.

La production française devrait progresser de 49 % en 2018 par rapport à 2017, pour atteindre environ 16 360 tonnes, estime le Comité interprofessionnel des palmipèdes à foie gras (Cifog).

Il s’agit majoritairement du foie gras de canard. Ce volume se rapprocherait ainsi de celui de 2015 (19 250 tonnes), avant les deux années de crise successives.

Un rebond tiré par la demande : 90 % des Français disent consommer du foie gras et près de 7 sur 10 (67 %) en déguster au moins deux fois dans l’année.

Mais ce produit très connoté Sud-Ouest, reste indissociable des menus de fêtes : 75 % des Français le jugent même incontournable au moment des repas de fin d’année, largement devant le saumon fumé (61 %) ou la bûche de Noël (57 %), rapporte ainsi l’enquête «Fêtes de fin d’année 2018» de l’Institut CSA.

«Une histoire qui dure ! Les Français démontrent une nouvelle fois leur amour inconditionnel pour le foie gras», commente le Cifog, avec gourmandise.

Il faut dire qu’en France, premier pays producteur et transformateur, la filière fait vivre 30 000 familles et génère 100 000 emplois directs et indirects.

Une filière qui a du répondant.

Exit les abattages et la dépression économique provoqués par les deux épizooties de grippe aviaire.

Contenue également la pression des «anti-foie gras» dont les arguments, contrairement aux «antiviandes», paraissent glisser sur le consommateur comme de l’eau sur les plumes d’un canard.

Sans doute parce que les consommateurs ajoutent désormais à leur choix un critère de qualité et de traçabilité : «Les Français accordent une grande confiance au foie gras, que ce soit en matière de sécurité alimentaire (84 %), de traçabilité (78 %) ou de qualités gustatives (88 %)», relève l’enquête CSA.

Ils sont également 71 % «à s’accorder à dire qu’il est forcément issu d’un animal en bonne santé».

Sur terre, sur l’eau et dans l’espace

Est-ce pour ces raisons cumulées que la quasi-totalité de la population (94 %) s’accorde à dire que le foie gras fait partie du patrimoine hexagonal ? Le consommateur est en tout cas très attaché à son origine française, que 92 % considèrent comme un critère de choix primordial.

De plus, 88 % considèrent que le foie gras «participe au rayonnement de l’art de vivre et de la culture gastronomique française dans le monde», dans le prolongement de sa reconnaissance officielle en 2006 comme «patrimoine culturel et gastronomique protégé en France».

Le foie gras, ambassadeur gourmand sur terre, dans l’espace et sur les océans : la gasconne Comtesse du Barry a embarqué ses produits lors de trois missions spatiales permettant aux astronautes de retrouver le goût du Sud-Ouest à des milliers de km de la Terre.

Dans le même esprit, le Français Jean-Jacques Savin, qui a entamé mercredi sa traversée de l’Atlantique en tonneau (!), a naturellement anticipé la Saint-Sylvestre : «J’ai emmené un petit sauternes et du foie gras.»

 

Point de vue de rireactualités.fr :

Le foie gras reste en tête des produits phares des fêtes de fin d’année malgré les difficultés  qu’il est pus connaitre cela reste un produit gastronomique très répandu auprès des Français .

Nous vous souhaitons de bonnes dégustations.

 

 

Source : https://www.ladepeche.fr

Crédit photo : capture d’écran : https://www.ladepeche.fr

Publicités