Rhume, détox, minceur et sommeil… La tisane est la tendance qui infuse tous les esprits.

Rhume, détox, minceur et sommeil… La tisane est la tendance qui infuse tous les esprits.

Les tisanes, il y en a pour presque tous les maux, et de plus en plus de jeunes adultes apprécient au quotidien les infusions de plantes…

  • Détox, sommeil ou encore minceur, il y a des tisanes pour tous les petits maux du quotidien.
  • Si autrefois la tisane était plutôt associée aux dames d’un certain âge, aujourd’hui elle se démocratise et prend un sérieux coup de jeune.

Avant, quand on parlait tisane, on pensait plutôt tasse à fleurs et infusion de camomille sirotée par nos grands-mères. Bref, pas forcément du très glam.

Mais les temps ont changé et aujourd’hui, la tisane c’est hype ! Un truc de modeuse, cool à instagramer.

L’infusion a pris un gros coup de jeune et séduit les trentenaires en quête de bien-être et d’une hygiène de vie plus saine.

Un breuvage que l’on peut acheter tout prêt ou confectionner soi-même, pour soigner les petits maux du quotidien et s’accorder une pause rien qu’à soi.

De jeunes adultes en quête de bien-être et d’une hygiène de vie saine

A l’Herboristerie du Palais Royal, Michel Pierre propose depuis plus de quarante ans tout un éventail de plantes à infuser.

Et récemment, il a vu sa clientèle amatrice de tisane évoluer.

« Ces derniers temps, je vois de plus en plus de jeunes adultes venir acheter des tisanes, des femmes comme des hommes », observe-t-il.

Une tendance qui s’explique « par l’envie de prendre soin de sa santé de manière naturelle, et qui s’inscrit dans une démarche préventive.

Je suis épaté par cette jeunesse qui s’inscrit dans une démarche préventive, qui prend soin de son bien-être et veut s’assurer une hygiène de vie plus saine, être bien dans sa peau ».

Pour Marie-France Farré, naturopathe et coauteure de Thés, tisanes et boissons santé (éd. Eyrolles), « il y a un côté retour aux sources, en souvenir de la tasse de tisane partagée avec mamie quand on était plus jeune, estime-t-elle.

Et aujourd’hui, la tisane, c’est d’autant plus facile qu’on en trouve partout, que ce n’est pas cher et qu’on peut même les faire soi-même quand on a la possibilité d’aller cueillir ses plantes dans la nature.

Et il y a aussi un côté zéro déchet dans la tisane : on peut acheter ses plantes en vrac puis les composter après utilisation ». D’ailleurs, « il y a chez la jeune génération une sensibilité à la protection de l’environnement et à la qualité de vie améliorée que je n’avais jamais vue à ce point auparavant », insiste l’herboriste Michel Pierre.

Les plus volontaires confectionneront leurs mélanges de plantes.

Les autres auront le choix parmi une pléiade de marques dédiées aux plaisirs des plantes infusées.

Avant, Laure, la trentaine, prenait une infusion de temps en temps, « j’achetais les marques connues du commerce ».

Mais ça, c’était avant. Depuis qu’elle a dit adieu aux produits industriels ultratransformés et qu’elle s’est mise à fond au bio et au fait maison, la jeune femme ne choisit plus ses plantes à infuser au hasard. « J’ai découvert que ces tisanes n’étaient pas forcément de qualité, qu’elles pouvaient contenir des résidus de pesticides et que leur composition pouvait être mensongère : une infusion aux fruits peut ne contenir que 1 % ou moins du fruit en question, et avoir pour ingrédient des arômes de synthèse.

C’est pourquoi je suis passée au bio, un gage de qualité », indique la jeune femme.

Dans son herboristerie, Michel Pierre ne propose ainsi que des infusions « à base de plantes sauvages ou bio, pour un produit de qualité optimale, sans résidus de pesticides ou de métaux lourds ».

« Mieux vaut privilégier les plantes sauvages ou bio, confirme Marie-France Farré, et séchées entières pour préserver leurs vertus. Et si on veut confectionner soi-même ses tisanes, je conseille d’acheter plantes séchées et épices en herboristerie ou en pharmacie, pour recevoir des conseils personnalisés et sûrs.

Si on ne s’y connaît pas trop, mieux vaut se cantonner aux plantes connues, comme le thym, la verveine, la menthe ou encore l’ortie.

Des recettes simples existent, il suffit de bien respecter le grammage ».

Un problème, une tisane ?

Maigrir, mieux dormir, être zen ou mieux digérer : à chaque problème ou presque correspond sa tisane.

Digestion, sommeil, détox, minceur ou encore anti-sucre et même règles douloureuses, « chacun vient choisir ses tisanes en fonction de ses petits soucis, note Michel Pierre.

Des femmes, mais aussi pas mal d’hommes, prennent des tisanes pour faciliter la digestion, ou pour trouver plus facilement le sommeil.

En herboristerie, il y a toujours une solution pour tout ».

Mais il y a aussi « une saisonnalité de la tisane, indique l’herboriste.

Au printemps et à la rentrée, c’est le moment des tisanes détox et aussi des infusions sommeil.

Et l’été, c’est la saison des tisanes minceur et ventre plat. En ce moment, c’est la période des tisanes dédiées aux maux de l’hiver, pour soigner les rhumes, les maux de gorge et les voies respiratoires encombrées, mais aussi pour retrouver de l’énergie », détaille-t-il.

Une démarche dans laquelle Laure se retrouve totalement.

Chaque matin, « je prépare moi-même une infusion avec du gingembre frais pour me donner un coup de boost, ou avec un bâton de cannelle quand, comme en ce moment, il y a des rhumes qui traînent, cela permet de renforcer l’immunité ».

Car la tisane « s’inscrit dans le retour aux médecines douces que l’on observe ces dernières années, souligne la naturopathe Marie-France Farré.

Elle a ce côté naturel : on va soigner un rhume avec une infusion de thym additionnée de miel et de citron plutôt qu’avec un médicament dont l’efficacité n’est pas prouvée et inspire de la méfiance.

Bien sûr, il ne s’agit pas de dire qu’une tisane se substitue aux médicaments, mais pour soulager les petits maux du quotidien, cela présente un intérêt certain », analyse-t-elle. « Je préfère avoir ma petite collection d’infusions plutôt que de foncer sur les médicaments au moindre bobo, c’est ma philosophie de vie, je vois ça comme une sorte de cure préventive, pour prendre soin de ma santé, abonde Laure.

Dans la journée, je prends une tisane au thym, pour ses vertus digestives, et parce que ça a aussi l’avantage de calmer les fringales qui peuvent survenir l’après-midi ». Et lorsque le stress se fait sentir au point de gêner son sommeil, la jeune femme fait des cures de tisanes sommeil, à base de verveine, de tilleul et de camomille.

« A chaque fois, j’ai eu l’impression de mieux dormir, raconte-t-elle.

Je ne sais pas si c’est un effet placebo ou non, mais tout ce qui compte, c’est que ça me fasse du bien ».

Se faire du bien, c’est justement le mot d’ordre des buveurs de tisane.

« Se préparer une infusion, c’est s’accorder une pause, un moment rien qu’à soi au milieu de nos journées au rythme effréné », commentent de concert Michel Pierre et Marie-France Farré.

« Ce sont quelques minutes pour soi, où l’on se pose en pleine conscience, où l’on coupe le stress », poursuit la naturopathe.

Attention toutefois : « Les plantes sont dotées de principes actifs, de nombreux médicaments sont ainsi fabriqués à base de plantes, rappelle Marie-France Farré.

A ce titre et comme toute chose, il ne faut pas en abuser : pas plus de trois à quatre tasses de thé ou tisane par jour. Hormis cette précaution, rien n’est plus simple que de se lancer dans la tisane ».

 

Source : https://www.20minutes.fr

Crédit photo : capture d’écran

Publicités