Acte VII des Gilets jaunes : de violents incidents en centre-ville de Rouen

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Pour l’acte VII de leur mouvement, environ 1 000 Gilets jaunes ont participé à la manifestation de Rouen (Seine-Maritime), samedi 29 décembre 2018.

Ils ont décidé de remettre ça, samedi 29 décembre 2018 : des Gilets jaunes se sont réunis à Rouen (Seine-Maritime), pour l’acte VII du mouvement.

S’il est prévu « un défilé pacifique » dans le centre historique, des messages diffusés sur les réseaux sociaux appelaient aussi à se prémunir, « sans armes », en vue d’éventuels affrontements avec les forces de police, ce qui avait été le cas samedi 22 décembre, juste avant Noël.

Plus de 900 participants déclarés, plus de 3 000 personnes intéressées… Sur Facebook, l’appel à manifester a connu un engouement inédit. Comme prévu, les Gilets jaunes se sont réunis à 10 heures sur le parvis de l’hôtel de ville de Rouen.

Selon une source policière, entre 800 et 1 000 personnessont mobilisées dans les rues de Rouen.

La mobilisation s’est terminée vers 19 heures, après de violentes tensions.

Barricades montées, fumigènes lancés

C’est aux alentours de midi que la situation s’est durcie. En effet, des manifestants ont monté des barricades.

La réplique des forces de l’ordre ne s’est pas fait attendre. Après des sommations, des fumigènes ont été lancés par les policiers.

L’un de nos journalistes sur place a été braqué par le flashball d’un policier, avant qu’un second n’utilise son tonfa contre lui :

De nombreuses grenades lacrymogènes ont été lancées dans la rue Jeanne-d’Arc et le square Verdrel.

Les poubelles en feu

Les tensions se sont poursuivies en début d’après-midi.

La porte de la Banque de France a été incendiée à l’aide de poubelles enflammées. D’autres barricades, également enflammées, ont été montées rue Lecanuet par des manifestants vers 13h30.

De poubelles ont aussi été enflammées proche du palais de Justice.

Difficile de donner une estimation précise du nombre de manifestants présents, mais d’après nos informations, environ 1 000 personnes étaient encore dans les rues de Rouen à 14h20.

À cette heure, le cortège avait d’ailleurs rejoint l’hôtel de ville.

Un nuage de gaz lacrymogène

Afin de disperser une foule à la tête de laquelle certains ont lancé des projectiles contre elles, les forces de l’ordre ont fait usage, par salves successives, de nombreuses grenades lacrymogènes dans les rues du centre-ville.

Nombreux incendies

Vers 15 heures, les secours se sont attelés à circonscrire les nombreux incendies déclenchés par les manifestants.

La rue Orbe a d’ailleurs été le théâtre d’un impressionnant feu de containers.

Dans le même secteur, un Gilet, au sol, a été pris en charge par les sapeurs-pompiers.

Des barricades éphémères

Les force de l’ordre, qui sont parvenues à dégager certaines zones, se sont retrouvées confronter à une guerre des nerfs.

En effet, les manifestants ne mettaient pas longtemps avant d’ériger de nouvelles barricades.

C’était par exemple le cas dans la rue Lecanuet ou encore au niveau du musée des Beaux arts.

Une dizaine de personnes blessées

Même si la luminosité commençait à baisser, la motivation des manifestants semblait rester intact en fin d’après-midi.

En atteste les tensions persistantes dans les rues rouennaises. Des grenades lacrymogènes et assourdissantes ont encore tirées par les forces de l’ordre, qui ont tenté de disperser les militants.

La mobilisation a pris fin vers 19 heures.  « Une bonne dizaine de personnes » ont été arrêtées.

La préfecture a indiqué en fin de journée que dix personnes ont été blessées, dont deux grièvement : une femme souffrait d’une plaie au front et d’une fracture à la jambe, un policier souffrait de brûlures aux mains.

 

Source: http://va.newsrepublic.net/s/xrwSpcp

Crédit photo : capture d’écran : http://va.newsrepublic.net/s/xrwSpcp

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail