Après avoir vaincu un cancer, une femme à qui on avait dit que ses ovaires étaient « morts » devient végétalienne et donne naissance à son deuxième bébé

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

(Avec l'aimable autorisation de Gemma Isaacs)

Un jour, à une femme, en Angleterre, qui avait lutté contre un cancer du sein, on a annoncé que ses ovaires étaient « morts ».

Elle a cependant donné naissance à son deuxième bébé malgré le peu de probabilité que cela se produise.

Aujourd’hui, elle attribue à un régime végétalien le mérite d’avoir contribué à renouveler sa santé et sa fertilité.

Elle est encore surprise à l’idée que sa famille comprenne quatre personnes.


Gemma Isaacs, originaire de Londres, a reçu un diagnostic de cancer du sein en 2018 à l’âge de 31 ans.

Elle n’avait jamais détecté de bosses ni de symptômes typiques, mais sachant qu’elle courait un risque élevé de mutation du gène BRCA1, un gène qui augmente le risque de cancer du sein et de l’ovaire, elle a décidé de se soumettre volontairement à des tests.

Quelques jours avant que son diagnostic de BRCA1 ne soit confirmé, elle a pris rendez-vous avec un consultant spécialisé pour les seins.

« J’ai littéralement dit à mon mari qu’il pouvait épouser quelqu’un d’autre », a expliqué la mère de deux enfants à Tyla.com lorsque son cancer du sein a été confirmé.

« Il m’a dit de me taire. Mais je savais au fond de moi que j’avais un cancer. »

Cependant, Gemma, qui travaille dans la publicité, était déterminée à vaincre le cancer et s’entraînerait tous les jours à la salle de sport. Après avoir subi une chimiothérapie, où elle a perdu ses cheveux, une double mastectomie en avril 2019, suivie d’une radiothérapie, la courageuse maman a été déclarée exempte de cancer en juillet 2019.

Mais avec la mutation du gène BRCA1, Gemma courait un risque plus élevé de développer un cancer des ovaires et se demandait si elle pourrait avoir d’autres enfants.

Afin de découvrir la possibilité de tomber enceinte, Gemma est allée faire un bilan avec son gynécologue, où elle a reçu un coup dur.

« Après avoir fait un scanneur, il m’a dit que mes ovaires étaient morts», se souvient-elle. « C’était la pire chose qu’on ne m’avait jamais dite pendant mon traitement. »

Gemma, déjà mère d’une petite fille, Ella, avait à cœur d’agrandir sa famille. Lorsqu’elle a rencontré son amie ce soir-là à un cours de Pilates, elle a été encouragée à prouver que les médecins avaient tort.

Alors qu’elle cherchait un moyen d’inverser sa situation, elle est tombée sur une mine d’informations sur les avantages d’un régime alimentaire à base de plantes.

Gemma a tenté le coup et est devenue végétalienne en juillet, tout en maintenant des séances régulières d’entraînement à la salle de sport.

En novembre 2019, le changement de son corps a bouleversé son gynécologue ; on aurait dit que Gemma avait « les ovaires d’une autre personne », a-t-il dit.


« Il a dit que la seule chose à laquelle je pouvais attribuer ce changement était d’être végétalienne, parce qu’il n’y avait aucune raison pour que mes ovaires reviennent », se souvient Gemma.

« Mais il a quand même dit que je n’allais pas tomber enceinte. »

Gemma ne s’est pas laissé abattre et a dit au médecin : « Attendez voir. » À Noël 2019, elle est tombée enceinte.

Elle a porté son bébé pendant les premiers mois de la pandémie, « craignant constamment quelque problème », mais la grossesse a été exemplaire.

Le bébé Jack Alfie est né en août 2020.

Depuis qu’elle a une famille heureuse de quatre personnes, Gemma a décidé de se faire enlever les ovaires. « Idéalement, j’aurais aimé avoir plus d’enfants.

D’un autre côté, c’est comme je ne contrôlais pas le diagnostic de mon cancer du sein, mais je peux contrôler celui de mes ovaires », a-t-elle dit.

« Après avoir subi une chimiothérapie et une double mastectomie, il n’y a plus grand-chose de difficile », a dit à Metro la mère de deux enfants.

« Pour moi, se sentir ‘normale’ semble très anormal, mais c’est agréable d’être connue comme Gemma qui vient d’avoir un bébé, plutôt que comme Gemma qui a eu ou a un cancer. »

Gemma, qui travaille à la maison pendant la pandémie, a raconté tout son parcours sur Instagram, accumulant un énorme réseau de soutien.


Depuis, elle a cofondé un groupe de soutien, appelé BRCA Sisters, pour les jeunes femmes atteintes de cancers génétiques.

Cette mère de 33 ans a même couru le semi-marathon de Royal Parks avec quatre autres femmes, récoltant l’équivalent de plus de 8000 euros pour le groupe.

« Ce n’est pas une condamnation à mort d’être diagnostiquée de BRCA », a-t-elle dit à Tyla.com.

« Nous espérons pouvoir aider plus de personnes à trouver un soutien, et les jeunes atteints d’un cancer ou d’une infection de BRCA à trouver d’autres personnes à qui s’identifier. »

 

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail