«Arnaque!»: la police met en garde contre des mails à son nom

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Une arnaque circule par mail au nom d’une «direction générale de la police internationale de cyber infiltration». La Police nationale prévient: cet organisme n’existe pas.La Police nationale a alerté les Français concernant des mails frauduleux envoyés au nom d’une «direction générale de la police internationale de cyber infiltration» et signés par une dénommée Émilie Lafarge.

«Arnaque! Cet organisme n’existe pas!», avertit la Police nationale.






Pour que les usagers puissent dissiper leurs doutes quant à la provenance d’un mail ou son caractère frauduleux, l’institution précise que ses courriels et ceux du ministère de l’Intérieur se terminent «exclusivement» par «interieur.gouv.fr».

Des SMS frauduleux

Cet été, des abonnés d’Orange ont été pris pour cible par des escrocs par SMS.

Des messages frauduleux proposaient d’obtenir des remboursements, dont le montant pouvait varier.




 




Un de ces textos a été partagé par un journaliste de France Télévisions et, à en juger par les captures d’écran, provient d’un canal d’Orange.

Le texte évoque la possibilité de rembourser 80 euros «suite aux pannes survenues pendant le confinement», un lien renvoie vers un site «très bien fait» imitant l’espace client de l’opérateur.

Pour «procéder au remboursement», les escrocs proposent d’entrer les coordonnées et les données de la carte bancaire.

Des escroqueries pendant la pandémie

La pandémie de Covid-19 a engendré des arnaques liées à la vaccination.

Au début de l’année, alors que beaucoup de Français n’avaient pas encore réussi à se faire vacciner, des escrocs en ont profité pour leur extirper de l’argent. Dans le Nord, ils proposaient aux personnes âgées de leur administrer un vaccin contre le Covid-19 à domicile.

Aux États-Unis, un «génie de la biotechnologie» autoproclamé est allé plus loin. Il affirmait avoir inventé un vaccin efficace contre le Covid-19 et vendait son «produit» à 1.000 dollars ou l’échangeait contre … des relations sexuelles.




Source
Crédit photo : Capture d’écran

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail