Benalla « ne se taira plus »

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Selon Le Monde, qui cite des sources concordantes, Alexandre Benalla a rencontré au Tchad le frère du président, responsable de la Direction générale de la réserve stratégique nationale.

Il nie formellement et accuse de diffamation.

Alexandre Benalla a dénoncé les « propos diffamatoires » tenus par « certaines personnes » à l’Élysée, après les révélations du journal Le Monde sur un récent voyage au Tchad, qui serait intervenu quelques jours avant la venue d’Emmanuel Macron.

« Je ne peux pas accepter de tels propos prononcés par certaines personnes de l’entourage du président de la République », a déploré dans un communiqué transmis à l’AFP Alexandre Benalla, qualifiant ces propos de « diffamatoires », « calomnieux » et « irresponsables ».

« Je n’exerce plus aucune fonction depuis le 1er août 2018 », a-t-il poursuivi.

Selon Le Monde du 24 décembre, qui cite des sources concordantes, l’ancien collaborateur d’Emmanuel Macron s’est rendu « début décembre » au Tchad pour un court séjour à N’Djamena.

Le journal précise qu’il y a rencontré le frère du président tchadien, haut responsable de la défense nationale.

L’Élysée, contacté par le journal, a de son côté mis les points sur les « i ».

« Emmanuel Macron a tenu à faire savoir samedi à Idriss Déby (le président tchadien, ndlr) que cette personne n’était en aucun cas un intermédiaire officieux ou officiel », a fait savoir la présidence.

Une réaction qu’Alexandre Benalla a jugé « surréaliste », selon son entourage.

Benalla « ne se taira plus »

« Je suis allé au Tchad, accompagnant une délégation économique étrangère dans le cadre d’investissements », a-t-il expliqué, assurant que « l’ensemble des frais concernant ce voyage a été pris en charge par le chef de cette délégation ».

Dans son article, Le Monde avait précisé qu’Alexandre Benalla s’était rendu au Tchad en « avion privé » et accompagné « d’une demi-douzaine de personnes, réglant les frais par carte bleue ».

Convaincu que « le but ultime » de ces dernières informations « est de saccager ses vies familiale et professionnelle », « de lui nuire », Alexandra Benalla a prévenu qu’il « ne se tairait plus » et compte « charger ses avocats de saisir le procureur de la République » à la suite de ces dernières révélations.

Invitée à réagir après la diffusion de ce communiqué ce 26 décembre, la présidence a fait savoir qu’Alexandre Benalla « n’a pas informé l’Élysée de ses déplacements avant de les effectuer, mais uniquement de manière récente la semaine dernière ». Alexandre Benalla a lui assuré avoir « tenu informée la plus haute autorité française ».

Alexandre Benalla a été limogé de l’Élysée en juillet, mis en examen pour « violences volontaires » et mis en cause pour avoir outrepassé ses fonctions en participant à une interpellation musclée en marge des manifestations du 1er mai à Paris.

Il estime que « le traitement médiatique » dont il est l’objet depuis est « injuste », selon son entourage.

 

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail