Booster, un chiot né sans pattes, bénéficie d’une grande chaîne de solidarité pour lui fournir des prothèses

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Image d'illustration (Pixabay)

Il n’a que deux mois mais il a déjà suscité une grande chaîne de solidarité et d’amour autour de lui.

Booster est un petit chiot rottweiller né avec une malformation congénitale : ses pattes ne se sont pas formées entièrement.

Un appel aux dons et aux bonnes volontés va lui permettre d’avoir des prothèses pour se déplacer.

Il est né dans un élevage toulousain qui a attendu deux mois avant de l’abandonner.


Touchée par son sort, Marina Pastou, gérante de Un refuge pour Céret (Pyrénées-Orientales) a décidé de s’occuper de lui donner un avenir.

« Dès que j’ai vu sa photo, j’ai craqué. Il est si mignon. Et de le voir abandonné, j’en ai même pleuré », raconte la jeune femme à France 3.

Une fois la décision prise de recueillir Booster, un défi de taille l’attendait.

Comment permettre à ce jeune animal de pouvoir marcher un jour et d’acquérir une certaine indépendance ?

En faisant des recherches, l’équipe du refuge a fini par trouver l’histoire d’un rottweiler adulte qui, amputé de ses quatre pattes, a pu recevoir des prothèses « lui permettant de vivre presque normalement. »

« Cela m’a montré que c’était possible, bien qu’onéreux et réalisé sur un chien adulte », a confié Marina à L’Indépendant.

En effet, il s’agit d’une grosse somme 10 000 euros  ainsi que d’un exploit jamais réalisé en France.

Qu’à cela ne tienne : la gérante du Refuge pour Céret a lancé un appel aux dons le 31 janvier dernier sur Facebook.

Elle a finalement reçu bien plus que des dons, vu qu’une véritable chaîne de bienveillance s’est mise en place autour de Booster.

C’est ainsi qu’un prothésiste de Pollestres, près de Perpignan, s’est engagé à aider le petit chiot : « Dès que j’ai vu la vidéo de ce jeune chiot avec ses pattes raccourcies, j’ai pensé que je pouvais faire quelque chose pour lui », explique Franck Joumier.

« Je crée des prothèses pour les humains alors pourquoi pas pour les animaux. »

Le prothésiste a commencé par confectionner des petites bottines en mousse permettant à Booster de se maintenir debout quelques instants à la fois.


« Dès juillet, je vais pouvoir placer à ce chiot sa première prothèse », assure-t-il.

Une autre personne bienveillante s’est jointe à l’équipe qui a à cœur le bien-être du jeune rottweiller : Sophie, qui possède une imprimante 3D avec laquelle elle va réaliser les tubes et les patins des prothèses.

« Mon souhait, c’est de mettre Booster sur pattes », confiait Marina à L’Indépendant le 31 janvier.

Il semble que, grâce à toutes ces bonnes volontés, ce vœu va pouvoir être exaucé.

En attendant, peu importe qu’il n’ait pas de pattes, Booster joue comme n’importe quel chiot de son âge, peut-on voir dans une vidéo du refuge.

Source : theepochtimes.com

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail