Canada : pénurie de marijuana juste quelques semaines après sa légalisation

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

 

Au moins trois provinces  l’Ontario, le Québec et le Nouveau-Brunswick  font face à une pénurie de marijuana légale et deux d’entre elles ont vu leurs points de vente de cannabis temporairement fermés par manque d’approvisionnement.

Nous avons besoin de plus d’herbe  , a déclaré Trevor Tobin, qui s’est associé à sa mère pour ouvrir un détaillant de marijuana appelé High North à Labrador City, à Terre-Neuve, une petite ville minière près de la frontière du Québec. Il a dit que ses fournisseurs ne cultivaient pas assez de plantes et n’avaient pas assez d’équipement d’emballage.

C’est la loi de l’offre et de la demande  , a dit M. Tobin.

La pénurie menace de saper un objectif majeur de la légalisation : apprivoiser un commerce illégal de marijuana estimé à environ 5,3 milliards de dollars canadiens par année. Les consommateurs en colère partout au pays disent qu’ils retournent chez leurs marchands illégaux. À Montréal, plusieurs fumeurs de cannabis ont déclaré que leurs revendeurs illégaux profitaient de la pénurie en vendant au colporteur des services de livraison à domicile et en réduisant les prix.

Les détaillants, les consommateurs et les producteurs eux-mêmes se disent exaspérés par la pénurie, que l’on accuse, du moins en partie, de l’explosion inattendue de la demande de marijuana approuvée par le gouvernement et de la lenteur avec laquelle le gouvernement fédéral a accordé des licences aux producteurs de cannabis.

Des 132 producteurs approuvés par le gouvernement pour fournir de la marijuana aux détaillants, 78 ont reçu une licence de vente, selon Santé Canada, le ministère gouvernemental responsable de la santé publique.

Comme dans toute nouvelle industrie où la demande des consommateurs est considérable, nous nous attendons à ce qu’il y ait des périodes où les stocks de certains produits sont faibles ou, dans certains cas, épuisés  , a-t-il dit dans un communiqué.

Étant donné que la marijuana était illégale depuis si longtemps, a-t-il ajouté, le gouvernement ne disposait pas d’un point de repère fiable pour savoir quels produits seraient en forte demande ou pour être en mesure d’estimer le niveau de la demande.

Les producteurs, pour leur part, affirment que la maîtrise d’une nouvelle industrie signifie invariablement une courbe d’apprentissage abrupte.

Dans la période précédant la légalisation, Aphria, un producteur de cannabis de l’Ontario, a déclaré qu’il avait été forcé de se débarrasser de 13 642 plants après qu’un manque de main-d’œuvre locale qualifiée eut entravé sa récolte. Vic Neufeld, directeur général de l’entreprise, a prédit en octobre qu’il y aurait des pénuries et que le problème s’améliorerait lorsque la demande des consommateurs serait mieux comprise.

C’est comme essayer de fusionner une autoroute à cinq voies en une route de campagne à une seule voie  , dit-il.  C’est dur de tout faire passer en temps et en heure.

Source : vonjour.fr

Crédit photo : capture d’écran

 

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail