Ce que l’on sait du meurtre d’un trentenaire, lardé de coups de couteau par un récidiviste….

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail


Ce que l’on sait du meurtre d’un trentenaire, lardé de coups de couteau par un récidiviste….

Un suspect a été placé en garde à vue samedi après le meurtre d’un homme, poignardé à de multiples reprises.

L’auteur présumé des coups avait déjà écopé en 2007 de 23 ans de réclusion criminelle pour meurtre



Que s’est-il passé dans le huis clos d’un appartement de Carbonne, au sud de Toulouse, dans la nuit de vendredi à samedi ? Peu après 13h, les gendarmes ont reçu l’appel d’une femme leur indiquant qu’un homme avait été tué dans un immeuble de la rue Jean-Jaurès.

A leur arrivée sur place, ils ont découvert le corps d’un homme dans une mare de sang, poignardé à mort.

Présent dans l’appartement dont il est le locataire, l’auteur des coups de couteau était interpellé sur-le-champ.

La commune de Carbonne, au sud de Toulouse. - Maps4News

Plus de 48h après les faits, les enquêteurs sont encore en train de démêler les tenants et aboutissants de ce meurtre et le rôle joué par deux jeunes femmes dans cette affaire.

Bagarre après une relation sexuelle
Les deux hommes s’étaient rencontrés deux jours auparavant, après avoir échangé sur Internet.

Ils étaient restés seuls à l’appartement après le départ des deux jeunes filles qui avaient passé la soirée avec eux. Ils ont bu, pris des drogues et ont eu ensuite des relations sexuelles.

« L’homme interpellé a confessé immédiatement que cela avait mal tourné, cela a fini en bagarre au cours de laquelle il indique s’être défendu et avoir porté les coups », indique le procureur de la République, Dominique Alzéari.

De « multiples coups de couteau », dont plusieurs mortels qui n’ont laissé aucune chance à la victime, un Portugais de 33 ans installé à Muret.

L’auteur des coups va fournir des explications aux gendarmes, « mais on va retrouver une scène de crime qui ne correspond pas car il y a du sang dans plusieurs endroits de l’appartement », poursuit le chef du parquet pour qui « il a essayé de maladroitement masquer son crime ».

Déjà condamné pour meurtre en 2007
Et pour y parvenir, cet homme de 38 ans, déjà condamné à vingt-trois ans de réclusion criminelle pour meurtre en 2007, a sollicité l’assistance des deux jeunes femmes.

Il les a appelées juste après le meurtre. Celle qui le connaissait depuis un an est montée dans l’appartement et en est ressortie avec des sacs contenant les vêtements ensanglantés de la victime et l’arme du crime.



« Elles ont ensuite fait des allers-retours pour les déposer près d’un conteneur, ce qui a semblé suspect à des personnes les ayant vues faire », indique Dominique Alzéari.

Ce sont elles qui ont fini par appeler les gendarmes. Elles ont été déférées devant le juge d’instruction en vue de leur mise en examen pour « modification des lieux d’un crime ».

L’auteur présumé des coups fatals devrait être mis en examen et écroué pour « meurtre en état de récidive légale ».

Au moment du drame, ce Varois d’origine bénéficiait d’un aménagement de peine après sa condamnation pour meurtre sur une personne vulnérable.

Source :  https://www.msn.com
Crédit photo : Capture d’écran

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail