Ce qu’il faut savoir sur la campagne de rappel vaccinal dans l’Hexagone

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Personnes éligibles, vaccins prévus, délais… La campagne de vaccination de rappel débutant le 1er septembre, il est possible dès ce lundi 30 août de prendre un rendez-vous. Voici les détails à savoir.



Comme l’avait annoncé Olivier Véran, une nouvelle campagne vaccinale démarre le 1er septembre. Ainsi, les personnes d’au moins 65 ans et celles présentant des comorbidités ont la possibilité de prendre un rendez-vous sur Doctolib dès le 30 août pour recevoir une injection de rappel (ou troisième dose) contre le coronavirus. Mais ceux ayant été primo-vaccinés «selon un schéma à deux doses» pourront le faire six mois après la deuxième dose, indique une note de la Direction générale de la santé (DGS) transmise aux professionnels de santé le 27 août.

Public visé
Ainsi, après que la Haute autorité de Santé (HAS) l’a recommandé dans son avis publié le 24 août, le gouvernement a annoncé que toutes les personnes de plus de 65 ans et celles fragiles qui présentent des comorbidités sont concernées.

D’après le ministère de la Santé, 18 millions de personnes peuvent recevoir une dose de rappel.

«D’autres groupes de population sont susceptibles de bénéficier dans le courant de l’automne d’un rappel vaccinal, selon l’évolution des connaissances scientifiques», a souligné la DGS.
Conditions pour une dose de rappel
Concernant les patients sévèrement immunodéprimés, «l’administration d’une dose de rappel peut-être réalisée dans un délai inférieur à six mois», mais «d’au moins trois mois», dès lors «qu’il est jugé par l’équipe médicale que la quatrième dose permettrait d’améliorer la réponse immunitaire».

En outre, concernant ceux ayant reçu une injection du Janssen «la Haute autorité de Santé recommande un délai minimal de quatre semaines entre la primo-vaccination et la dose de rappel», indique la DGS.



Pour la majorité des Français concernés, la campagne de vaccination de rappel devrait commencer courant octobre, suppose le ministre de la Santé.

Le 26 août, Olivier Véran a évoqué un début de campagne de rappel dans les maisons de retraite entre le 11 et le 15 septembre, en espérant qu’elle puisse commencer le 11.

Pour l’instant, «les patients ayant contracté le Covid-19 postérieurement à leur premier schéma vaccinal ne doivent pas se voir proposer de dose de rappel», précise le document de la DGS.

Vaccin utilisé
Pour cette dose de rappel, les vaccins à ARN messagers de Pfizer et de Moderna sont prévus, quel que soit celui utilisé pour la première dose.

Cependant, malgré ces mesures, la Commission européenne a rappelé le 26 août que les pays de l’UE ayant décidé de lancer ces campagnes de rappel pourraient s’exposer à des risques juridiques accrus, car cela n’a pas encore été recommandé par l’Agence européenne des médicaments (AEM).

Une décision prématurée?
En outre, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a pour sa part dénoncé fin août la ruée des pays riches vers une troisième dose de vaccin contre le Covid-19. Elle estime que les données scientifiques n’ont pas démontré la nécessité d’un rappel pour l’instant, recommandant avant tout de d’atteindre une couverture vaccinale complète dans les zones à des taux de vaccination faibles.




Source
Crédit photo : Capture d’écran

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail