Ces projets fous auxquels le château de Versailles a échappé…

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Ces projets fous auxquels le château de Versailles a échappé…

Dans le cadre de la Biennale d’architecture et de paysage, le château de Versailles (Yvelines) présente jusqu’au 4 août l’exposition Versailles, architectures, rêvées.

Une surélévation du corps central, une colonnade dans la cour d’honneur inspirée de la colonnade du Bernin à la basilique de Rome, un Palais des muses à l’extrémité de la Pièce d’eau des Suisses…

Autant de projets pour transformer le château de Versailles (Yvelines) qui n’ont jamais vu le jour.

C’est cette histoire que racontel’exposition Versailles, Architectures rêvées, présentée jusqu’au 4 août dans le cadre de la Biennale d’architecture et de paysage d’Île-de-France qui se déroule à Versailles jusqu’au 13 juillet.

De l’installation de Louis XIV à Versailles à la transformation définitive du palais en musée par Louis-Philippe en 1837, le château de Versailles a été un chantier permanent.

D’innombrables projets, plus ou moins ambitieux ou novateurs, sont nés à la demande du roi et de l’administration des bâtiments du roi ou spontanément dans l’imagination des architectes.

Ainsi Jules Hardouin-Mansart imagine surélever le corps central du château afin de conférer davantage de majesté aux façades et d’aménager de nouveaux logements.

Puis finalement renonce à la surélévation proposant de magnifier le centre de la façade par un pavillon côté jardins, coiffé d’une toiture pyramidale. Une proposition qui ne sera jamais adoptée et resurgira près de soixante ans plus tard dans les projets d’Ange-Jacques Gabriel. Ce dernier imagine notamment une élévation des façades.

D’autres ont eu des idées bien plus utopiques comme Etienne Louis Boullée, architecte de plusieurs châteaux et hôtels particuliers.

Il imaginera notamment deux longues ailes venant doubler celles du Midi et du Nord côté jardins ou encore deux colonnades en retour se déployant jusqu’à l’escalier du parterre d’Eau et s’achevant par deux gros pavillons carrés.

Du corps central, il ne conservait que la Galerie des Glaces et les Grands Appartements, doublés par une enfilade de pièces d’apparat donnant sur une grande cour carrée.

L’exposition présente ainsi « ces projets plus ou moins fous auxquels Versailles a échappé, résume Catherine Pégard, présidente de l’Établissement public du Domaine national de Versailles. Elisabeth Maisonnier, commissaire de l’exposition et conservateur au château, nous entraîne dans les fantasmes des monarques et des architectes qui les accompagnent. Les utopies laissées dans les cartons témoignent des pensées des architectes et de leurs glorieux commanditaires mais aussi de l’énergie artistique et politique d’une époque. »

 

Source : https://actu.fr

Crédit photo : capture d’écran

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail