Cinq raisons de voir l’année 2020 du bon côté en dépit du Covid-19….

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Elle n’est pas encore tout à fait terminée que 2020 s’est vue décréter le titre peu envié de «pire année de l’histoire» par le magazine Time.

Le Figaro vous propose cinq raisons de positiver malgré la difficile épreuve que nous venons de traverser.

» LIRE AUSSI – L’année 2020 est-elle vraiment la pire année de l’histoire ?

Les Français ont beaucoup lu. Le confinement a été l’occasion pour les Français de reprendre goût à lecture.

Lire un livre a été un plaisir pour 54 % ou un refuge pour 28% d’entre eux, selon un récent sondage Médiamétrie.

Au printemps, un Français de plus de 15 ans sur quatre dit avoir lu quotidiennement des livres imprimés ou numériques.

Cet engouement pour la lecture s’est d’ailleurs fait ressentir après le déconfinement chez les libraires.

Leur chiffre d’affaires a connu une hausse de 22% au mois de juin, d’après le baromètre mensuel Livres Hebdo.

Et, alors qu’ils avaient été pris de court en mars, les Français se sont rués sur les librairies à l’heure du reconfinement.

Selon RTL, les ventes ont explosé de plus de 380% la veille du 30 octobre.

Mais cela ne suffira sans doute pas aux libraires pour compenser les pertes de plusieurs mois de fermeture.

Un fonds de soutien de 25 millions d’euros a été débloqué à destination des librairies indépendantes. Plus généralement, si la période a dopé les nouvelles pratiques, le secteur de la culture, notamment le spectacle vivant, sortira dévasté de la crise sanitaire.



Ils se sont convertis au vélo. Même s’il reste minoritaire dans les déplacements, l’usage du vélo s’est nettement développé en France cette année avec les grèves contre la réforme des retraites puis sous l’effet de l’épidémie de Covid-19 qui a accru la défiance envers les transports en commun.

Les politiques publiques ont encouragé ce mouvement en mettant l’accent sur les pistes cyclables ainsi que les aides à l’achat.

Signe de cet engouement pour la «petite reine» : au moins un million de Français ont profité de l’aide de 50 euros offerte par l’État pour réparer leur vélo.

En Île-de-France, le nombre de primes à l’achat d’un vélo électrique délivrées par la région est deux fois supérieur aux prévisions de l’année, s’est félicitée la présidente de région Valérie Pécresse.

Le plan de relance présenté début septembre prévoit une enveloppe de 200 millions d’euros en faveur du vélo, dont 100 millions seront délégués aux régions, afin notamment d’équiper 1000 gares en stationnement sécurisées et de réaliser 600 projets de pistes cyclables en deux ans.

La qualité de l’air s’est améliorée. Avec le confinement, l’air aura aussi été moins pollué.

La concentration de dioxyde d’azote (NO2), gaz produit principalement par les véhicules et les centrales thermiques et pouvant causer une inflammation des voies respiratoires, a ainsi baissé de 61% en Espagne, 52% en France ou encore 48% en Italie au mois d’avril, d’après l’Agence européenne de l’environnement.

Les émissions de gaz à effet de serre ont par ailleurs connu une chute brutale cette année, La pandémie ayant mis à l’arrêt pendant de longs mois une bonne partie de l’économie mondiale et des activités humaines.

Les émissions devraient ainsi baisser d’environ 7% en 2020 pour le CO2, principal gaz à effet de serre, selon le bilan annuel du Global carbon project, un consortium de scientifiques internationaux.

Toutefois, ce retournement est conjoncturel et n’aura qu’un effet «négligeable» à long terme, avec environ 0,01 degré de réchauffement évité d’ici 2050, selon les experts du Programme des Nations unies pour l’Environnement.

Cette année s’annonce comme la plus chaude jamais enregistrée en France, avec un dépassement de la normale de près de +1,5 °C.



Surtout, la pandémie a multiplié l’utilisation de plastiques.

Une femme accède (presque) à la Maison-Blanche.

Aux États-Unis, Kamala Harris est entrée dans l’Histoire comme la première femme à accéder à la vice-présidence du pays.

Celle qui rêvait de devenir la première femme à la Maison-Blanche – elle avait postulé à la primaire démocrate – pourrait se servir de cette expérience pour briser dans quatre ans l’ultime plafond de verre.

En attendant, elle engrange un nouveau titre de pionnière après avoir été la première procureure générale de Californie, première femme originaire d’Asie du Sud au Sénat et seulement la deuxième sénatrice noire dans l’histoire.

Par ailleurs, les dirigeantes se sont particulièrement distinguées cette année dans la gestion de la pandémie.

D’après une étude britannique publiée par le Center for Economic Policy Research et le World Economic Forum, elles ont mieux fait face à la crise sanitaire à l’image de Angela Merkel en Allemagne, de la Néo-Zélandaise Jacinda Ardern, la Finlandaise Sanna Marin ou encore Mette Frederiksen au Danemark.

«Dans presque tous les cas, elles se sont confinées plus tôt que les dirigeants masculins dans des circonstances similaires», souligne l’un des auteurs de l’étude.

Travail : pourquoi les femmes ont mieux résisté que les hommes pendant le confinement



Un nouveau patient guérit du VIH.

La nouvelle, tombée dans le premier mois de la crise sanitaire, est passée relativement inaperçue.

Elle concerne une autre pandémie : le sida.

Un patient atteint du VIH, ayant bénéficié d’une greffe de cellules souches, a été déclaré «guéri», selon les résultats publiés en mars dans la revue The Lancet HIV.

Adam Castillejo, 40 ans, n’a manifesté aucun signe du virus depuis 30 mois malgré l’arrêt des traitements antirétroviraux.

Un an plus tôt, le professeur Ravindra Gupta, de l’université de Cambridge, avait annoncé que cet homme diagnostiqué séropositif en 2003 était en rémission.

Connu sous le nom de «patient de Londres», il est la deuxième personne au monde à se remettre de la maladie grâce à une greffe de moelle osseuse, près de dix ans après le «patient de Berlin».

Ce dernier, Timothy Ray Brown, est toutefois décédé d’un cancer cet été. Il avait 54 ans.

En juillet, un Brésilien de 34 ans, diagnostiqué VIH en 2012, a été déclaré en rémission après avoir suivi un traitement différent.

La maladie affecte encore près de 40 millions de personnes dans le monde.



Source : msn
Crédit photo : Capture d’écran

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail