Coronavirus : Christopher, 30 ans, raconte comment il est passé tout près de la mort….

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Coronavirus : Christopher, 30 ans, raconte comment il est passé tout près de la mort….

Christopher, 30 ans à peine, a raconté à BFMTV, comment en mars dernier il a passé cinq semaines dans le coma. Huit mois après, il vit avec des séquelles.

Christopher a contracté le coronavirus en mars dernier, quelques jours avant le confinement. En quelques jours son état s’est dégradé, et très vite il a hospitalisé puis placé en coma artificiel.

Il s’est réveillé cinq semaines plus tard délesté de 35 kilos et avec d’énormes séquelles.

Je n’étais pas loin de la mort…..

Christopher, 30 ans à peine, a raconté à BFMTV, comment en mars dernier il a passé cinq semaines dans le coma. Huit mois après, il vit avec des séquelles.

Christopher a contracté le coronavirus en mars dernier, quelques jours avant le confinement.

En quelques jours son état s’est dégradé, et très vite il a hospitalisé puis placé en coma artificiel.



Il s’est réveillé cinq semaines plus tard délesté de 35 kilos et avec d’énormes séquelles.

Je n’étais pas loin de la mort

Dans son témoignage livré à BFMTV, il raconte que plusieurs de ses organes ont été touchés : « les poumons, les reins, le foie.

J’ai eu des problèmes de circulation au niveau des jambes.

J’ai eu la totale.

J’étais dans un état critique et je n’étais pas loin de la mort. »

Il a dû réapprendre à manger, parler, se tenir assis
Au total Christopher aura passé six mois à l’hôpital.

Il a dû réapprendre les gestes élémentaires comme manger, parler ou se tenir assis.

Et il a dû faire de la rééducation durant des semaines afin de pouvoir marcher à nouveau normalement.

« Je pleurais beaucoup », raconte le jeune homme qui travaille dans les assurances.

« Je pensais à ce que ma femme et mes enfants ont enduré Je pensais aussi au nombre de morts autour de moi. J’ai réalisé que je suis un rescapé ».

Patrick, transféré d’Avignon : « Quand je me suis réveillé, on m’a dit : vous êtes à Brest »
Patrick a raconté à France Info qu’il a d’abord été hospitalisé à Avignon.

Puis il s’est réveillé quelques jours plus tard à Brest à plus de 1 000 kilomètres de chez lui.

« Quand je me suis réveillée, on m’a dit : vous êtes à Brest. J’étais très surpris, bien évidemment en me disant comment j’étais arrivé là. »

Il est aujourd’hui très reconnaissant de cet accueil des soignants bretons.

Aujourd’hui, il va beaucoup mieux. Il reste essoufflé et porte en permanence un masque à oxygène, mais au moins il n’est plus ni incosncient, ni intubé.

Comme Patrick sept autres patients d’Avignon et Nîmes ont été transférés à Brest.

Aucun problème de santé
Son épouse conclut en précisant que son mari n’avait « aucun problème de santé » et qu' »il faut bien que les gens se rendent compte que ce n’est pas à prendre à la légère. »



Source : midilibre
Crédit photo : Capture d’écran

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail