Coronavirus : un nouveau variant découvert en Belgique qui présente une mutation d’un genre inédit

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Ce nouveau variant, appelé "B.1.214", ou "SI" pour "Spike Insertion", a été découvert à Liège fin janvier.

Dénommé « B.1.214 », ou « Spike Insertion », « SI », ce variant représente déjà 4 % des contaminations de Covid-19 en Belgique et augmente de manière progressive.

Après le variant anglais, sud-africain, brésilien, californien et même breton, voici le variant belge.

Découvert en Belgique, il serait à la base d’origine africaine et plus précisément subsaharienne, selon les chercheurs.

Ce nouveau variant, appelé « B.1.214 », ou « SI » pour « Spike Insertion », a été découvert à Liège fin janvier.


Et depuis il est étudié et suivi par les chercheurs de l’ULiège et de la KU Leuven, comme le rapporte Le Soir.

Une mutation inédite à étudier

Ce nouveau variant présente une spécificité unique par rapport aux autres : sa mutation a entraîné un ajout dans son génome, or les autres présentaient plutôt une « délétion », c’est-à-dire que la mutation entraînait la perte de certains bouts du génome.

Là, « on observe une insertion, un ajout de neuf nucléotides à la séquence de la protéine spike.

Ce variant a attiré notre attention parce qu’il présentait une mutation quasiment jamais observée jusqu’ici », explique Vincent Bours, responsable du laboratoire d’analyse et de séquençage du virus.

Pas encore classé comme préoccupant, mais quand même surveillé au vu de sa propagation

Et il a ainsi un intérêt particulier par rapport aux autres variants. Pour l’heure, les scientifiques ne savent pas si cet ajout le rend plus dangereux ou plus dangereux.

Il n’est pas pour le moment classé parmi les variants préoccupants les fameux « VOC » très surveillés comme le britannique, le sud-africain ou encore le brésilien.

Lire aussi  Contagiosité, dangerosité, vaccin : ce que l’on sait sur les variants anglais, sud-africain, brésilien, californien


Avec 4 % de la population belge infectée et sa propagation qui augmente, il reste sous surveillance.

Les chercheurs qui sont à l’origine de cette découverte s’apprêtent à publier leurs travaux et vont les partager au niveau international.

Source : midilibre.fr

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail