Déchets plastiques : les entreprises qui polluent le plus la planète

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

garbage 2369821 1920.jpg?resize=1200,630 - Déchets plastiques : les entreprises qui polluent le plus la planète

Selon un rapport publié par la coalition d’ONG Break Free from Plastics, une poignée de multinationales seraient les principales productrices de déchets plastiques sur le globe. Il est reproché à ces entreprises de ne pas endosser la responsabilité du nettoyage de cette pollution. Parmi eux, Coca-Cola, Nestlé et Pepsico sont les entreprises les plus concernées.

Les entreprises qui produisent le plus de déchets plastiques

Le rapport fait suite à une Journée Mondiale du nettoyage de notre planète, organisée en septembre et coordonnée dans 51 pays différents, que des volontaires de la coalition d’ONG ont récolté des milliers de déchets plastiques.

Lors de cette journée, les multinationales les plus représentées dans les déchets ont été identifiées : en premier place du triste podium figure Coca-Cola avec plus de 11 000 déchets, puis Nestlé (4846), Pepsico (3362), Unilever, Procter & Gamble ou encore Mars et Colgate  Palmolive.

Le rapport souligne que  » les véritables responsables du gros de la pollution plastique en Asie sont les multinationales, dont les sièges se trouvent en Europe et aux États-Unis ». Pas de réponse pour le moment de la part des multinationales concernées…

Des « fausses solutions » pour les déchets plastiques

Le rapport émet également un jugement sur les réactions de ces entreprises face à la pollution plastique : il indique qu’elles « s’acharnent à promouvoir de fausses solutions pour répondre au problème ».

En effet, les entreprise ont tendance à mettre en avant la solution du recyclage de la part des consommateurs. Or, « à peine 9% de la totalité des matières plastiques produites depuis les années 50 ont été recyclées. »

Enfin, la coalition d’ONG Break Free from PLastics ajoute que « les entreprises continuent de tirer profit de l’abondante production de plastique à usage unique, tandis que partout dans le monde, les collectivités sont obligées d’en supporter le fardeau », ajoutant aussi que la situation est « inacceptable ».

Source : vonjour.fr

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail