Des anti-pass sanitaire pénètrent sur une plage non loin du fort de Brégançon – vidéo

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Alors que des milliers de Français manifestent partout dans le pays contre le pass sanitaire, un petit rassemblement a également eu lieu à proximité du fort de Brégançon où le Président Macron passe actuellement ses vacances.

Une vingtaine de personnes se sont rassemblées ce samedi 7 août sur la plage de Brégançon à Bormes-les-Mimosas, en face du fort où Emmanuel Macron passe quelques semaines cet été, pour rappeler au Président «ses engagements» de ne pas instaurer de pass sanitaire, relatent les médias locaux.

Selon des messages publiés sur les réseaux sociaux, les manifestants étaient largement inférieurs en nombre aux journalistes et représentants des forces de l’ordre.







Var Matin précise que le rassemblement a eu lieu à l’appel de l’élu sans étiquette de la Seyne-sur-Mer, Damien Gutierrez. Muni d’un mégaphone, il a fait passer son message depuis les hauteurs du sentier du littoral: «Non au pass sanitaire, oui à la démocratie! Le pass sanitaire ne passera jamais!», avant d’être arrêté par deux gendarmes, affirme le journal.







Selon Le Figaro, le préfet Evence Richard s’est rendu sur place pour s’assurer du respect du maintien de l’ordre.

Cité par Var-Martin, M.Gutierrez a plus tard expliqué sa position devant les journalistes:

«J’ai lancé l’appel de Brégançon comme un appel à la liberté, à s’unir pour contrer ces mesures liberticides. Je suis sûr que les Français auraient aimé avoir le choix».
Manifestations anti-pass sanitaire en France

Des manifestations contre l’extension du pass sanitaire et la vaccination obligatoire pour les soignants se tiennent ce samedi 7 août en France, pour le quatrième week-end consécutif.

Au moins 37.000 personnes -des Gilets jaunes, des anti-vaccins, ainsi que des pro-vaccins opposés au pass- sont descendues dans la rue dans plus de 150 villes à l’avant-veille de l’entrée en vigueur de la loi sur la gestion de la crise sanitaire en France, selon la police. Validée par le Conseil constitutionnel le 5 août, la loi a été publiée le lendemain au Journal officiel.

À Paris, 3.000 policiers et gendarmes ont été déployés pour encadrer pas moins de quatre rassemblements. Les forces de l’ordre ont déjà fait usage de gaz contre des personnes qui avaient tenté de forcer un cordon de la gendarmerie mobile.

Samedi dernier, 204.000 personnes avaient défilé dans plusieurs villes et 161.000 la semaine précédente.

Source
Crédit photo : Capture d’écran

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail