Des jeunes vaccinés in extremis avec des doses sur le point d’être jetées

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Sur Europe 1, un jeune de 35 ans a révélé avoir été vacciné contre le Covid-19 dans une clinique parisienne, alors que des doses au bord de la péremption allaient être jetées.

La campagne de vaccination se poursuit en France, et elle ne cesse de révéler ses défauts.

Alors qu’élus et établissements de santé déplorent de plus en plus le manque de doses de vaccin et peinent à protéger les plus fragiles, Sébastien, 35 ans, a fait, ce 21 janvier, le récit d’une histoire surprenante au micro d’Europe 1.

Bien que non prioritaire, le jeune homme explique avoir reçu le vaccin contre le Covid-19 courant janvier après un appel de l’une de ses amies.

« J’étais dimanche matin à la maison avec mes enfants », raconte le jeune homme.



« Il était 9 heures du matin et je reçois un coup de fil d’une amie. Elle m’explique qu’elle a reçu en urgence elle-même un appel d’une amie qui travaille dans une clinique parisienne.

Dans cette clinique, ils avaient des vaccins sur le point d’être périmés, qu’ils allaient devoir jeter dans l’heure.

On me dit que j’ai trois quarts d’heures pour arriver, donc je réveille vite ma conjointe, on prend nos deux enfants et on les met sur notre porte-vélo. »

Sébastien, 35 ans : « Le médecin qui nous a reçus était dépité »

Plusieurs jeunes âgés d’une trentaine d’années auraient ainsi reçu le vaccin, alors même que la campagne vient seulement d’être élargie au plus de 75 ans et aux personnes atteintes de pathologies à haut risque. Voilà qui souligne clairement d’importants défauts logistiques au sein de la campagne vaccinale en France, ce qui, selon Sébastien, n’est pas sans exaspérer les professionnels de santé.

« Le médecin qui nous a reçus était dépité », ajoute-t-il au micro d’Europe 1.

« Il trouvait anormal d’être contraint de vacciner des gens comme nous, mais il m’a bien expliqué que l’ARS (Agence régionale de santé, rdlr ») avait été contactée mais qu’elle n’avait pas répondu, qu’ils avaient essayé de trouver des gens âgés, malades, mais pas suffisamment et pas assez vite. ».



Ce 27 janvier en France, le nombre de personnes ayant reçu la première dose du vaccin contre le Covid-19 s’élève à 1 184 510.

La campagne vaccinale devrait être élargie aux personnes âgées de 65 à 74 ans à la fin du mois de février, puis à celles de 50 à 64 ans au début de l’été 2021.

Source : closermag.fr

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail