Disparition de Delphine Jubillar dans le Tarn : « Cédric veut que Delphine revienne à la maison »….

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

La disparition de Delphine Jubillar reste toujours inexpliquée, un mois après. Les rumeurs et accusations contre son mari Cédric poussent son ami Ange Mullot à prendre aujourd’hui sa défense.

Ange Mullot se sent proche de Cédric Jubillar. Lui qui ne le connaissait pas il y a encore un mois s’est lié d’amitié avec le jeune homme depuis la disparition de Delphine Jubillar, et la surmédiatisation de ce fait divers.

Pour quelles raisons ? Il ne rentre pas dans les détails, mais son histoire fait écho à la sienne, dit-il.



Dès les premiers jours, alors que cette disparition résonne dans tout le département du Tarn et au-delà, il s’investit sur les réseaux sociaux, prend la défense du mari sur les nombreux groupes formés sur Facebook, envoie des messages de soutien en pagaille à la famille.

Il s’énerve, dès que des messages mettent en doute l’innocence de Cédric, en fait son cheval de bataille.

« J’en devenais grossier », souffle-t-il, en faisant les cent pas dans sa cuisine.

Grand, longiligne et visage émacié, il s’agite et parle beaucoup, passant du coq à l’âne, presque sans reprendre son souffle. « Je sais qu’il est innocent, et tout le monde le pointe du doigt », s’agace-t-il.

Ce qui a commencé comme une relation épistolaire a vite évolué en lien d’amitié.

Depuis quelques semaines, les deux hommes ne se quittent plus. Du moins virtuellement. « On se parle tous les jours, matin, midi et soir, en visio ».

Alors aujourd’hui, Ange veut prendre la parole, pour défendre son ami.

« On raconte n’importe quoi depuis des semaines, on le juge par rapport à son apparence, on le dit rebelle, marginal, mais est-ce que ça en fait pour autant un meurtrier ? ».

« Cédric veut protéger ses enfants »
« Avec Cédric, on ne parle pas de « l’affaire », assure-t-il. On parle de lui, de son moral, des enfants, de tout et de rien. Mais surtout pas de ça ».

Si Ange veut prendre la parole, c’est aussi parce qu’il se dit inquiet de voir son nouvel ami prendre « des coups ».



« Sa femme a disparu, et il veut qu’elle revienne à la maison, qu’on la retrouve et que tout s’arrête.

Au lieu de ça, il y a les « on-dit », qui psychologiquement le marquent, l’épuisent. Il se protège, et veut protéger ses enfants ».

Les enfants d’ailleurs ? « La petite ne se rend pas compte encore, mais le plus grand commence à poser des questions.

À 6 ans, on n’est pas à l’abri des ragots à l’école. Mais Cédric est un excellent père, il fait tout pour eux ».

Les réseaux sociaux jouent un rôle, Ange Mullot l’a bien compris. Alors il a créé le groupe « Libre expression », pour défendre Cédric Jubillar.

Il se sent aujourd’hui investi d’une mission, c’est son sacerdoce.

« Je vois de nombreux groupes dans lesquels on compare Cédric à Jonathann Daval, on fait des raccourcis, des suppositions. Personne ne sait rien.

Moi je sais », pérore-t-il. Entre deux digressions, il prend le temps de répondre aux messages sur son groupe de soutien, décrocher son téléphone, vérifier les commentaires.

« Aujourd’hui je suis un ami, un confident, un soutien familial ».

Et Ange compte bien l’être aussi longtemps que Cédric le lui permettra.

Source :
Crédit photo : Capture d’écran

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail