Document exclusif. Les Algériens ne pourront plus déposer plus de 1000 euros dans leurs comptes bancaires sans “une déclaration douanière d’importation” !….

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail


Document exclusif. Les Algériens ne pourront plus déposer plus de 1000 euros dans leurs comptes bancaires sans “une déclaration douanière d’importation” !….

En pleine anarchie et instabilité politique, les autorités algériennes multiplient les décisions et mesures incompréhensibles qui risquent de compliquer encore davantage le quotidien des Algériens.

En effet, la Banque d’Algérie vient d’émettre une nouvelle note qui interdit, désormais, aux algériens et algériennes de déposer plus de 1000 euros dans leurs comptes en devises.

En effet, “l’alimentation des comptes devises à partir du montant de 1000 euros doit être justifiée par une déclaration douanière d’importation de cette somme”, a exigé la Banque d’Algérie dans une nouvelle note émise dimanche et adressée à toutes les banques étatiques et privées qui activent sur l’ensemble du territoire algérien.




“Toute alimentation d’un compte devise pour un montant égal ou supérieure à 1000 euros doit être appuyée préalablement par une déclaration douanière d’importation de ce montant », précise cette note de la Banque d’Algérie qui commence d’ores et déjà a faire une énorme polémique dans le secteur bancaire.

Cette nouvelle mesure risque d’être énormément décriée car les Algériens alimentent leurs comptes en devises à partir des squares du marché parallèle.

D’où est-ce qu’ils peuvent obtenir “cette déclaration douanière d’importation” ? Ce document est uniquement délivré au niveau des ports et aéroports lorsqu’un voyageur algérien introduit avec lui sur le territoire national une somme précise en devises.

Or, le marché parallèle avec ses squares est le principal fournisseur de devises pour les voyageurs et hommes d’affaires algériens.

Pour alimenter son compte courant devises, l’Algérien devra procéder à plusieurs versements inférieurs à 1000 euros.

Une perte de temps et des complications bureaucratiques qui porteront préjudice aux banques algériennes lesquelles ont tout à gagner à “bancariser” les sommes colossales en devises qui circulent sur le marché parallèle en Algérie.

Au lieu de cela, les autorités algériennes sabotent ce processus rationnel de récupération des devises des squares en permettant aux citoyens algériens de disposer de comptes en devises et de bénéficier des cartes de paiements VISA.

Cette mesure va finalement faire le grand bonheur du marché parallèle et de ses barons qui seront heureux d’accueillir les économies en devises des algériens puisqu’il devient de plus en plus compliqué de les cacher dans nos banques et de les intégrer au circuit bancaire.

La Banque d’Algérie pour mettre en garde contre les banques et usagers qui respecteront pas cette nouvelle mesure a souligné dans sa note que le non-respect de cette procédure est assimilé à une infraction à la législation et à la réglementation des changes, et cela en conformité avec l’article 72 de la loi de finance de 2016, notamment l’article numéro 03 du règlement du conseil sur la monnaie et le crédit”.

L’économie algérienne sombre peu à peu dans un amateurisme des plus alarmants.

Source : http://algeriepartplus.com
Crédit photo : Capture d’écran

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail