Elle met 107 heures à mettre au monde ses jumeaux prématurés

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

En 2015, Donna Turnbull a accouché durant 107 heures pour mettre au monde ses jumeaux prématurés, Matthew et Thomas. Le 28 juillet dernier, elle s’est confiée sur son combat éprouvant pour garder ses bébés en vie.

C’est une histoire bouleversante. Dimanche 28 juillet, Donna Turnbull, une mère de famille âgée de 34 ans, a accepté de revenir sur son accouchement difficile qu’elle a vécu en 2015. Tandis qu’elle n’était qu’à 23 semaines de grossesse, elle a accouché de ses jumeaux, Matthew et Thomas, qui pesaient alors seulement un peu plus de 0,4 kilos. Un travail douloureux pour la jeune britannique qui a mis 107 heures, soit quatre jours, à donner naissance à ses fils.

A leur naissance, les 1er et 2 octobre 2015, les petits garçons étaient alors les plus jeunes bébés du Royaume-Uni mais aussi de grands prématurés qu’il a fallu garder en vie à tout prix. S’ensuivent alors cinq mois à l’hôpital, dans des couveuses, entre lutte contre les infections, transfusions sanguines et d’oxygène pour notamment les aider à lutter contre une maladie pulmonaire chronique. Une fois leur vie maintenue dans les meilleures conditions, Donna Turnbull et son mari Ian ont pu ramener leurs bébés chez eux. « Nous avons d’abord ramené Thomas à la maison, puis quatre jours plus tard, Matthew est rentré à la maison », précise la mère de famille Chronicle Live.

« Voir que son état empire alors qu’il sourit, c’est terrible »

Mais pour l’un des deux petits garçons, s’adapter à la vie en dehors de l’hôpital ne sera pas évident. « Quand Matthew est rentré à la maison, Thomas avait du mal à respirer et était en détresse respiratoire et je devais le réanimer », explique Donna Turnbull. Thomas a alors été transporté à l’hôpital et placé dans un incubateur en soins intensifs, avant de subir une trachéotomie pour lui permettre de respirer. « En tant que mère, observer la détérioration des moniteurs alors que votre fils vous sourit et suce son pouce, c’est terrible. Vous ne pouvez tout simplement pas comprendre que son état empire », explique la jeune maman.

C’est finalement le 11 mai 2016 que Ian et Donna ont pris la douloureuse décision de désactiver le soutien de vie de leur fils. Après qu’un « choc de stress post-traumatique » ait été diagnostiqué à Donna après la mort de Thomas, celle-ci a décidé de se concentrer sur le bien-être de son autre fils, Matthew. Et si le petit garçon est resté longtemps sous oxygène et que les médecins avaient prédis qu’il vivrait « dans un état végétatif », il se trouve qu’il n’en est rien aujourd’hui. « Il marche, il parle, il commence à manger de la nourriture plus texturée, il est maintenant en âge préscolaire et nous travaillons avec une crèche pour répondre à ses besoins », a ainsi conclu Donna Turnbull.

Source : https://www.closermag.fr

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail