Elle se réveille en pleine nuit et découvre un serpent enroulé autour de son bras

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Une Américaine s’est retrouvée nez à nez avec une couleuvre en se réveillant

Photo d’illustration Pixabay

Une Américaine s’est retrouvée nez à nez avec une couleuvre en se réveillant

Dur, dur le réveil ! Melinda Major a vécu une situation cauchemardesque dans un hôtel de Memphis, dans l’État du Tennessee aux États-Unis, vendredi dernier. Cette Américaine s’est retrouvée nez à nez avec un serpent en se réveillant, rapporte CNN.

Originaire de Nashville, la jeune femme était présente en ville pour un rendez-vous médical. Elle séjournait à l’hôtel Hampton Inn Walnut Grove de Memphis.

Pendant la nuit, alors qu’elle était encore assoupie, Melinda Major a senti quelque chose bouger sur son bras. Dans un message posté sur Facebook, elle explique qu’elle a d’abord cru qu’il s’agissait de son mari, avant de se rappeler qu’il n’était pas avec elle. Quand elle a ouvert les yeux, elle a découvert un serpent enroulé autour de son bras.

Le serpent s’était caché sous la couette

« Je n’ai pas peur des araignées et de toutes ces choses répugnantes », a confié Melinda Major à CNN. « Mais les serpents ce n’est vraiment pas mon truc. »

Prise de panique, elle a immédiatement secoué le bras pour se débarrasser du reptile et a sauté sur le second lit de la chambre. Le serpent a alors commencé à bouger, et s’est mis à ramper sous la couverture. Elle a donc sauté sur le bureau afin d’appeler la réception de l’hôtel.

Les employés se sont vite mobilisés et ont escorté la jeune femme hors de sa chambre. Ils ont ensuite appelé un établissement spécialisé dans la récupération des animaux sauvages. Il ne s’agissait heureusement que d’une couleuvre, une espèce de reptile totalement inoffensive. Mais « c’était une situation très, très effrayante », a ajouté l’Américaine.

Malgré l’incident, Melinda Major assure qu’elle reviendra séjourner dans cet hôtel, dans lequel elle avait déjà dormi à de nombreuses reprises auparavant.

Source : https://www.ladepeche.fr

 

 

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail