Gilets jaunes: Suivez l’allocution de Macron

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Au surlendemain du quatrième épisode de la fronde des gilets jaunes, Emmanuel Macron s’adresse aux Français ce lundi 10 décembre à 20h à la télévision, dans l’espoir de faire enfin déboucher la crise sur une phase de dialogue.

Cette « adresse à la Nation » –à suivre en direct en vidéo ci-dessus– est sans doute l’allocution la plus importante depuis le début de son mandat.

Le président, qui s’exprime publiquement pour la première fois depuis plus d’une semaine, va devoir « trouver des mots qui apaisent », a affirmé le ministre des Finances Bruno Le Maire.

Il s’agit de tenter d’éviter un « acte V » de la contestation alors que des appels à manifester sont déjà lancés sur les réseaux sociaux pour le 15 décembre.

L’acte IV a rassemblé samedi quelque 136.000 manifestants et s’est soldé par un nombre record d’interpellations, plus de 320 blessés et encore des dégâts dans de nombreuses villes, particulièrement à Paris, Bordeaux et Toulouse.

Le chef de l’État a préparé son allocution en s’entretenant avec les responsables des syndicats, du patronat, des deux assemblées et des associations d’élus locaux, réunis pendant quatre heures.

Avec, comme objectif, de faire revenir dans le jeu les corps intermédiaires qui s’étaient sentis méprisés depuis le début du quinquennat.

À la sortie, plusieurs participants ont déclaré que le président les avait écoutés mais sans donner « aucun élément de réponse » sur ce qu’il allait annoncer, selon le patron de la CFDT Laurent Berger.

Le discours du président est très attendu par les gilets jaunes qui ont fustigé le « silence » du président, dont ils réclament chaque jour la « démission » sur les rond-points qu’ils occupent.

Suivez ci-dessous en direct à partir de 20h l’allocution d’Emmanuel Macron à la télévision:

  • Emmanuel Macron commence son discours en appelant « au calme »

Le président de la République commence son discours par un nouvel appel au calme. « Les événements ont troublé la Nation. » « Aucune colère ne justifie qu’on s’attaque à un policier, un gendarme, qu’on s’attaque à un commerce.

Quand la violence se déchaîne, la liberté cesse.

Rien ne se construira de durable tant qu’on aura des craintes sur la paix civile », a-t-il expliqué.

  • « Ce sont 40 années de malaise qui resurgissent »

Emmanuel Macron a ensuite embrayé sur la détresse des Français.

« Cette détresse c’est celle des plus fragiles. Leur détresse ne date pas d’hier, mais nous avions fini lâchement par nous habituer », a-t-il avancé parlant de « 40 années de malaise qui resurgissent.

  • Premier mea-culpa

Fait rare, le président de la République a fait une sorte de mea culpa sur son attitude à l’égard des Français, confiant savoir qu’il en a « heurté » certains.

« Je veux ce soir être très clair avec vous. Si je me suis battu, c’est parce que je dois tout à ce pays. Ma légitimé, je ne la tire que de vous, de nul autre.

  • État d’urgence économique et social

Le président de la République entre dans le vif du sujet et formule plusieurs annonces et déclare qu’il souhaite un état d’urgence économique et social.

  • Hausse du SMIC de 100 euros par mois

« Les heures supplémentaires seront versées sans impôts ni charges.

Je demanderai aux employeurs qui le peuvent d’accorder une prime de fin d’années aux employés.

Le smic augmentera de 100 euros par mois dès 2019. »

« Nous répondons à l’urgence économique et social par des mesures fortes.

Nous voulons des règles plus justes, plus simples, plus claires et qui récompensent ceux qui travaillent », a-t-il également avancé.

  • Annulation de la hausse de la CSG pour certains retraités

Outre la hausse du smic « sans qu’il n’en coûte rien aux employeurs », Emmanuel Macron a également annoncé l’annulation de la hausse de la CSG pour certains retraités.

Ceux gagnant moins de 2000 euros par mois.

  • Macron annonce les grandes lignes de la concertation

Après les mesures économiques, Emmanuel Macron a dressé les grandes lignes des prochains débats.

« Je veux que soit posée la question de la représentation, la prise en compte du vote blanc.

Je veux que soit posée la question de l’équilibre de notre fiscalité.

Je veux que soient posées les questions sur notre quotidien. »

Le président de la République a également annoncé qu’il comptait « rencontrer les maires, région par région. »

  • « Mon seul souci, c’est vous »

« Mon seul souci, c’est vous. Mon seul combat c’est pour vous. »

 

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail