Goussainville: Un fiché S pour islamisme radical est candidat aux municipales

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

election.jpg?resize=1200,630 - Goussainville: Un fiché S pour islamisme radical est candidat aux municipales

Dans un contexte encore très tendu en France, un candidat ayant un lien avec l’islamisme radical peut-il être élu ?

Il est fiché S pour islamisme radical et brigue le poste de maire…

Abdelaziz Hamida, est un conseiller municipal sortant de la commune de Goussainville dans le Val-d’Oise et souhaite maintenant devenir maire de sa ville de 30.000 habitants.



Au mois de mars, l’homme avait annoncé sa candidature avec comme slogan: « L’audace du renouveau« . Abdelaziz Hamida n’a pas d’étiquette et avait même échoué de peu à se faire élire en 2017.

Après tout, il n’y a pas de mal à vouloir se faire élire maire. L’homme a un master en droit des collectivités territoriales et locales à l’université de Paris VIII mais en ce qui concerne ses relations, quelques zones d’ombres ternissent sa réussite. Des sources policières, relayé par le magazine l’Express, ont révélé que le candidat à la mairie de Goussainville est fiché S pour islamisme radical…

Crédit Photo: Youtube

 

Un maire pas clair avec des relations dans le milieu de l’islamisme radical

D’après les révélations du magazine, Abdelaziz Hamida, âgé de 43 ans, serait très proche du mouvement fondamentaliste Tablig qui fait écho au dossier de la filière djihadiste de Lunel tristement connue pour le départ de nombreux français vers la Syrie et l’Irak entre 2014 et 2016.

Les services de renseignement ont commencé à le surveiller suite à ses activités prosélytes ainsi que pour avoir dans son entourage plusieurs personnes fichées pour radicalisme.

Abdelaziz Hamida, né à Goussainville et ancien président du club de football est un visage familier dans la commune et estime « agir en homme libre, en élu de terrain en phase avec les réalités du territoire et avec ses convictions chevillées au corps.



En attendant, les révélations faites par l’Express n’ont pas été appréciées par l’intéressé qui accuse le magazine de calomnie et souhaite porter plainte pour diffamation. D’après la loi, le candidat demande un droit de réponse à l’Express…

Source : https://www.vonjour.fr

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail