Gouvernement Philippe : le recasage des membres de cabinet commence

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Gouvernement Philippe : le recasage des membres de cabinet commence.

JAUVERT CONFIDENTIEL.

Ces derniers jours, trois membres de cabinet, notamment à Matignon, ont été discrètement bombardés à de beaux postes.

Signe d’une fin de règne annoncée d’Edouard Philippe ?

Est-ce un signe de la fin d’une époque ? Et, plus précisément, de la fin programmée du gouvernement Philippe ? Ces derniers jours, plusieurs membres des cabinets ministériels  notamment à Matignon ont été discrètement recasés.

La dernière en date est Claire Scotton, directrice adjointe du cabinet de la ministre du Travail, Muriel Pénicaud.

La jeune énarque a été bombardée directrice de la stratégie RH d’Orange, où elle a commencé à travailler le 2 janvier.

Selon le syndicat CFE-CGC, elle triplera ainsi sa rémunération.

« D’après nos sources, dit Sébastien Crozier président du syndicat chez Orange, elle percevra tout compris, salaires, primes, actions, retraites complémentaires…l’équivalent de 250.000 à 300.000 euros par an. Alors qu’en cabinet elle devait émarger à moins de 100.000 euros. »

« Entre-soi »

Cette nomination exaspère le syndicaliste : « Elle relève de l’entre-soi des princes qui nous gouvernent, s’insurge-t-il.

Claire Scotton a certes fait de brillantes études, Normale Sup, l’ENA, dont elle est sortie il y a moins de dix ans, mais elle n’a aucune expérience à l’étranger alors que les salariés du groupe travaillent dans leur majorité hors de France. »

La CFE-CGC a déposé un recours auprès de la Commission de déontologie de la fonction publique.

Contactée par l’Obs, la direction d’Orange ne souhaite pas commenter.

A Matignon, Edouard Philippe a, lui, voulu assurer l’avenir de sa chef de cabinet  qui a aussi été celle de Jean-Pierre Raffarin, Anne Clerc, qui n’est pas haut fonctionnaire et qui n’avait donc pas de point de chute dans l’administration en cas de démission du gouvernement après les élections européennes par exemple… Dans un décret du 19 décembre passé inaperçu dans le grand public mais pas dans la haute fonction publique, le Premier ministre l’a nommé préfète chargée d’une mission de service public, autrement dit sans affectation territoriale.

Un joli saut de carrière.

Toujours à Matignon, le conseiller territoire, l’excellent Pierre-Antoine Mariani, qui n’est pas non plus haut fonctionnaire de carrière, a été nommé, ce même 19 décembre, commissaire délégué à l’égalité des territoires  un poste crucial en ces temps de troubles dans « la France périphérique ».

 

Source : https://www.nouvelobs.com

Crédit photo : capture d’écran

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail