Haute-Savoie : à Avoriaz le cheval remplace les remontées mécaniques

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Illustration (THOMAS COEX/AFP via Getty Images)

En cette période de crise sanitaire, les remontées mécaniques des stations de ski ne sont pas autorisées à fonctionner.

Alors, en Haute-Savoie, précisément à Avoriaz, on est revenus à une ancienne technique : le cheval.

Les enfants sont plus que ravis d’avoir un cheval à la place du banal tire-fesses. Chablinette, la jument de la cochère Julie Pignol, a été réquisitionnée pour ce travail, rapporte Le Parisien.

Elle a un atout essentiel : « C’est une jument cool et patiente qui s’adapte très bien aux enfants », confie sa propriétaire.


Habituellement, avec une quinzaine d’autres cochers, Julie Pignol organise pour les touristes des balades en calèche dans la station d’Avoriaz.

Mais en cette période de pandémie, il faut s’adapter et trouver d’autres solutions, les touristes se faisant plus rares.

« Mon cheval peut tracter une dizaine d’enfants. Les petits skieurs s’accrochent à deux cordes, et Chablinette avance dans la pente », précise Julie Pignol.

ajoute : « On revient en fait à l’origine du ski, puisque lorsqu’il n’y avait pas de remontées mécaniques, on utilisait déjà les chevaux pour remonter les pentes.

Les enfants ont tous le sourire. Ils sont ravis d’être tractés, comme ça, par un cheval.

Et grâce au sac à crottins, on ne sali pas les pistes. »

Une jeune skieuse en herbe a même déclaré : « C’est plus sympa qu’un téléski et, en plus, ça pollue moins. »

Jean-Paul Vaudaine, le directeur de l’école de ski, souhaitait apporter un plus en cette période de pandémie.

Il voulait trouver une idée d’activité originale pour les enfants. Julie Pignol s’était alors tout naturellement proposée.


« Au début ce sont les enfants du pays, âgés entre 3 et 10 ans, qui en ont profité sur des pistes bleues », explique encore la cochère au Parisien.

« Mais pour les vacances de février, on va sans doute aussi proposer l’activité aux petits vacanciers », renchérit-elle.

Julie Pignol conclut enfin : « Avec le cheval de Julie, les enfants prennent autant de plaisir à la montée qu’à la descente. »

Source : theepochtimes.com

 

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail