J’ai vendu mon fils»: le témoignage choc de la mère de l’un des tueurs présumés d’une collégienne à Argenteuil

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Jeune fille dans la rue

Je suis horrifiée, stressée, et humiliée quelque part». La mère de l’un des deux adolescents suspectés d’avoir frappé et jeté dans la Seine une adolescente de 14 ans, à Argenteuil, a témoigné à Europe 1.

Deux collégiens ont été interpellés après qu’une adolescente de 14 ans, Alisha, a été retrouvée morte noyée dans le Val-d’Oise le 8 mars.

La mère de l’un d’eux, qui avait contacté les forces de l’ordre après le drame, est revenue sur ce jour tragique pour Europe 1.


«[Théo, son fils, ndlr] est sorti vers 13h-13h30. Ils sont revenus [avec Juni, sa petite amie, la deuxième suspecte, ndlr] et se sont enfermés dans la chambre pendant une heure.

Mon fils s’est changé, et quand il est ressorti il m’a demandé si j’avais fait des grosses bêtises dans ma vie», se souvient la femme.

Elle lui a dit «oui» et a demandé pourquoi il posait cette question. «C’est là qu’il m’a dit qu’il avait tapé une petite».

«Un gant ensanglanté plein de cheveux»

«Sur le coup, je lui ai dit que j’allais aller la voir [Alisha].

Pour moi, c’était une altercation. Mais sur place, je n’ai rien trouvé à part un gant ensanglanté plein de cheveux», poursuit la femme.

Elle a contacté ensuite les forces de l’ordre.

«Et ils l’ont trouvée. Ce n’est pas ce que j’espérais… Je me dis que s’il ne s’était pas enfermé dans sa chambre et qu’il me l’avait dit directement, cela aurait pu changer les choses.»

«Je suis horrifiée, stressée, et humiliée quelque part», a dit la mère de Théo. «J’ai vendu mon fils.»

«Sordide histoire entre collégiens»
Le 8 mars, le corps de l’adolescente a été récupéré par la police fluviale au niveau du quai Saint-Denis.

Elle avait des «traces de coups à la tête et au visage» suite à une violente altercation, a précisé le parquet à l’AFP.

La scène s’est déroulée lundi après-midi entre la Seine et des voies de chemin de fer.

Mardi matin, des traces de sang étaient encore visibles sur place. Une autopsie doit avoir lieu.


«Il s’agit manifestement d’un différend entre les deux filles autour du même jeune homme», a fait savoir une source à l’AFP, évoquant une «sordide histoire entre collégiens».

Les trois adolescents n’avaient aucun antécédent pénal.

Source :sputniknews.com

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail