Jeff Panacloc s’effondre en direct dans l’émission de Michel Cymes…..

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Jeff Panacloc

Jeff Panacloc s’effondre en direct dans l’émission de Michel Cymes.
Aux dernières nouvelles, Jeff Panacloc découvrait les joies de la paternité. L’humoriste, qui est devenu le père d’une fille Rose.

L’homme qui avait deux tatouages en son honneur a accordé une interview exclusive. “Un j’aime Instagram avec ses initiales sur le côté gauche et son nom écrit en haut du dos dans différents styles de police”, a-t-il déclaré. Sensible, Jeff Panacloc ne cache jamais ses émotions. On se souvient qu’en octobre dernier, sur le plateau de “C à vous”, le journal de France 5 d’Anne-Elisabeth Lemoine, le célèbre ventriloque avait été submergé par un message vidéo de son mentor, Patrick Sébastien.

Mais cette fois, c’est dans “Ça ne sortira pas d’ici”, l’émission de Michel Cymes sur France 2, que Jeff Panacloc n’a pas pu retenir ses larmes. Panacloc est sponsor de l’association “Wonder Augustine”, qui se consacre à la lutte contre le cancer chez les enfants. Mais quand une photo de la fille est apparue, Jeff Panacloc s’est effondré. Il est mort en octobre 2018 d’une tumeur du tronc cérébral à l’âge de 4 ans, et la jeune fille est toujours présente dans l’esprit de ses proches et de ceux qui ont croisé son chemin.



jeff panacloc charlotte de hugo



Sa rencontre a eu lieu sur Internet. En fait, alors que la petite amie du comédien regardait les histoires d’Instagram d’autres mères, elle est tombée sur le message de la mère d’Augustine. “Nous avons passé la nuit à regarder tous les messages, tout ce qui s’est passé. J’étais très ému parce que j’aurais pu le faire, si quelqu’un s’y était intéressé un peu… C’est l’objet de leur combat. Ils ont été seuls pendant longtemps. Ils se battent donc aujourd’hui, et ce n’est pas facile car je les vois forts chaque fois que c’est très difficile pour eux.

Jeff Panacloc et son partenaire sont restés très proches des parents du petit Augustine. De plus, avec le comédien François Berléand, ils ont gagné 24 000 euros pour l’association dans la série “Qui veut gagner des millions”. Jeff Panacloc avait personnellement ajouté 12 000 euros, un geste symbolique qui permet de faire avancer les choses, petit à petit.





Jeff Panacloc : “J’avais l’air d’un fou aux yeux de mes parents !

Avec Jean-Marc, sa marionnette non filtrée, Jeff Panacloc a fait revivre l’art de la ventriloquie. Avant la fin d’une tournée triomphale, il dit…

Depuis ses apparitions récurrentes dans Le Plus grand cabaret du monde de Patrick Sébastien sur France 2, il est devenu, avec sa marionnette Jean-Marc, le plus grand succès des ventriloques. Le 25 janvier, ce sera la dernière de ses contre-attaques Jeff Panacloc. En faisant une sieste avec Jean-Marc (et son cher Nabilouche), il exprime ici son propre style.

En tant que ventriloque, pensez-vous avoir perpétué ou créé un style ?

Jeff Panacloc : J’espère les deux. Perpétuer cet art, tout en le créant pour le mieux. Je vois beaucoup de jeunes s’y mettre maintenant. Je ne sais pas si j’ai commencé, mais si je l’ai fait, c’est génial. Et je ne sais pas pourquoi je m’y suis mis. Eh bien, je le fais. J’ai toujours voulu monter un spectacle, mais je ne sais pas trop quoi. J’ai commencé à chanter à 9 ans, quand j’étais dans un télécrochet sur France 3. Et puis c’était magique. J’étais très mauvais, mais j’ai réussi à monter sur scène parce que je faisais une petite blague.



malaise

Jeff Panacloc ! J’étais comme Garcimore !

Non, un peu plus moderne dans les blagues. Les gens n’ont pas vu que mes tours étaient pourris, mais je le savais. Et puis j’ai rencontré le ventriloque David Michel et son pingouin Nestor. Ce fut une révélation.

Quel type de formation ou d’encadrement avez-vous suivi ?

Jeff Panacloc : C’est instinctif. J’ai lu quelques livres sur le sujet qui ne m’ont pas fait beaucoup de bien. J’ai commencé à m’entraîner devant le miroir, comme un chanteur ou un imitateur de débutant. Mes parents me trouvaient fou aux yeux de mes parents qui, malgré leurs modestes moyens, m’ont toujours soutenu dans mes désirs, m’achetant une batterie quand je voulais être batteur, m’achetant tout le matériel quand je voulais être magicien ? Quand je leur ai dit que j’allais enfin devenir ventriloque, ils n’ont pas bronché, sans doute soulagés, car une marionnette leur coûterait moins cher qu’un piano, par exemple.

Jeff Panacloc

Dans le style des informations qui circulent à votre sujet, il y a celle qui dit que vous avez nommé votre marionnette, Jean-Marc, d’après le propriétaire du magasin de magie où vous vous approvisionniez. Pouvez-vous le confirmer ?

Je le confirme, et il est ravi ! Au début, c’était une blague. Comme mon nom de scène [son nom, Colcanap, épelé à l’envers] trouvé par un ami. Je pensais que ça changerait quand ça marcherait pour moi, convaincu que ce truc de ventriloque durerait deux semaines… Sauf qu’une fois qu’on va voir Michel Drucker avec un nom, il est mort ! Vous ne pouvez plus changer.

Quand Jean-Marc dort, que se passe-t-il Jeff Panacloc ?

J’ai une vie. Chez lui, Jean-Marc existe à peine. Avec ma femme et ma fille, on n’en parle pas. Il y a à peine une photo de mon complice. J’ai toujours essayé de séparer les deux. Il est nécessaire de faire des pauses. Aussi compliqué que ce soit avec les réseaux sociaux…

Quel genre de public avez-vous Jeff Panacloc ?

Nous avons tous les âges. Et je suis très fier de cela. Il y a des familles qui réservent toute une rangée. Quand les enfants s’amusent, les parents sont heureux. Et l’inverse est également vrai. Nous avons des ennuis avec mes auteurs pour remplacer un gros mot quand ce n’est pas nécessaire. Parfois, il n’y a pas le choix. Mais comme c’est rare, les gens sont plus surpris et j’adore ça. Mon moment préféré de l’émission, par exemple, c’est quand Jean-Marc dit : “On boit du vin rouge et on va se faire foutre !” J’en ai eu honte pendant longtemps, mon producteur m’a demandé de l’enlever, il y a eu une controverse… Mais je l’accepte maintenant.

Jeff Panacloc

Ne serait-ce pas le style d’un ventriloque, comme le disait le cruciverbaliste Robert Scipion, qui “peut parler la bouche pleine sans être grossier” hein Jeff Panacloc ?

Jeff Panacloc ! Ha, ha ! C’est un bon point, en tout cas. Je peux dire ce que je veux, puisque c’est Jean-Marc qui parle des horreurs. C’est toujours de l’humour. Et quand c’est vraiment drôle, on dit que Jean-Marc est génial. Et quand les gens n’aiment pas ça, ils disent que c’est de ma faute.



Source : merci-maman
Crédit photo : Capture d’écran

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail