La police boucle un quartier entier de Mulhouse à cause d’un canular téléphonique….

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

La police boucle un quartier entier de Mulhouse à cause d’un canular téléphonique….

Les policiers de commissariat central de Mulhouse (Haut-Rhin) ont été victimes d’un canular téléphonique samedi 7 novembre. Croyant qu’un homme retranché était en train de s’en prendre à sa famille, les forces de l’ordre avaient mis en place un important dispositif de sécurité dans le centre-ville.

Les policiers de commissariat central de Mulhouse (Haut-Rhin) ont été victimes d’un canular téléphonique samedi 7 novembre.

Croyant qu’un homme retranché était en train de s’en prendre à sa famille, les forces de l’ordre avaient mis en place un important dispositif de sécurité dans le centre-ville.

Un canular téléphonique a mis les agents du commissariat central de Mulhouse (Haut-Rhin) en alerte samedi 7 novembre, rapporte L’Alsace.

Vers 20 h ce soir-là, le Centre d’information et de commandement (CIC) a reçu un appel d’une femme, qui paraissait bouleversée.



Elle a indiqué que son époux venait de tirer dans la gorge de leur fille et qu’il s’était retranché dans leur appartement du centre-ville, avant de raccrocher, raconte le quotidien régional.

Viol vocal
Les brigades anticriminalité et la section d’intervention se sont immédiatement préparées pour une intervention, tout comme les pompiers.

Une équipe du RAID située à Strasbourg était également prête à se déplacer.

Le quartier en question a été entièrement bouclé et une vingtaine d’hommes a fait irruption dans l’immeuble concerné jusqu’à l’appartement mentionné au téléphone, poursuit le journal alsacien.

Une femme mère de trois enfants a ouvert la porte.

Elle a raconté aux forces de l’ordre que son numéro de téléphone avait été piraté quelques jours plus tôt.

« C’est ce que nous appelons dans notre jargon un viol vocal.

Ces pirates usurpent et détournent les numéros de téléphone et s’amusent », précise le directeur départemental de la sécurité publique à nos confrères.



Source : ouest-france
Crédit photo : Capture d’écran

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail