La vaccination protège du Covid à seulement 50%, assure Didier Raoult

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Ardent défenseur de l’hydroxychloroquine, le Pr Didier Raoult reste assez réservé en ce qui concerne l’efficacité de la vaccination. L’infectiologue avance l’hypothèse que le taux de protection des vaccins anti-Covid est d’environ 50% et qu’ils ne limitent pas «d’une manière significative la circulation du virus».

Alors que la campagne vaccinale en est à son cinquième mois et que 18,5 millions de personnes ont reçu au moins une dose en France, dans un dernier bulletin publié par son IHU Méditerranée-Infection le 13 mai, le professeur Didier Raoult va à contre-courant en affirmant que la vaccination ne donne pas de protection «significative» contre le Covid.



«Quand on vous dit qu’on a un taux de protection de 95%, ça n’est pas la vraie vie», assure l’infectiologue.
Un taux de protection surestimé?
M.Raoult avance que la vaccination protège à 50% quel que soit le vaccin. «L’incidence chez les vaccinés, première ou deuxième dose, quel que soit le vaccin, est de la moitié de ceux qui ne sont pas vaccinés. On est plus autour d’une protection de 50%», affirme le professeur en se basant sur les données de son IHU selon lesquelles il y a «à peu près 350 vaccinés qui sont positifs [au Covid, ndlr]».

Selon lui, cette affirmation «n’est pas antagoniste de ce qu’on a dans la littérature si on veut bien lire non pas les communiqués de presse ou simplement les résumés des études. Il faut regarder les vrais chiffres».

Des porteurs asymptomatiques
Le médecin avance un «phénomène nouveau important»: les cas des «porteurs asymptomatiques chez qui la vaccination peut déclencher une réaction qui fait qu’ils sont devenus symptomatiques». Il explique qu’à son IHU se trouvent 46 patients vaccinés qui ont attrapé le Covid-19 dans la semaine qui a suivi une injection.

«Dans les données actuelles, on peut pas dire que les vaccins protègent d’une manière significative la circulation du virus parce que la proportion des porteurs asymptomatiques reste extrêmement importante. L’idée du vaccin fait pour protéger le reste de la population n’est pas réaliste dans cette situation», martèle-t-il.
M.Raoult confirme néanmoins une «nette» tendance épidémiologique à la baisse et «une évolution qui a l’air d’être satisfaisante» à Marseille. «On était à un moment, à l’IHU, à 200 patients diagnostiqués par jour, on est passé à 100. Maintenant, on est plus à 50 par jour diagnostiqués», note le professeur.



Ce n’est pas la première fois que le spécialiste exprime sa réticence envers le principe de la vaccination contre le Covid-19. Mi-avril, dans sa grande interview à BFM TV, le professeur avait déjà dit que le vaccin «n’est pas une baguette magique». Selon lui, le Covid est une maladie «très peu immunisante».
Les vaccins et la vaccination en France
Pour rappel, l’efficacité des quatre vaccins autorisés en France varie de 60% à 95%.

Plus précisément, d’après les essais cliniques portant sur 44.000 participants, l’efficacité du vaccin de Pfizer/BioNTech est de 95%, du Moderna – 94% (sur 30.000 participants), celui de Johnson&Johnson est de 67% (44.000 participants) et d’AstraZeneca – 60% (24.000 participants).

Depuis le début de la campagne de vaccination en France fin décembre, un tiers de la population majeure a déjà reçu au moins une dose.

Selon les chiffres du ministère de la Santé, au 11 mai, 18,5 millions des Français avaient reçu au moins une injection (soit 35,2% de la population majeure) et 8,2 millions avaient été vaccinés complètement avec les deux doses (soit 15,7% de la population majeure).



Source
Crédit photo : Capture d’écran

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail