Le gouvernement sous pression avant le grand débat

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Réuni en séminaire mercredi, le gouvernement cherche dans l’urgence un ou plusieurs « sages » pour piloter le « grand débat national » sur lequel il compte pour sortir de la crise des « gilets jaunes », après le retrait de Chantal Jouanno.

« Ce n’est pas une bonne nouvelle, bien sûr », a reconnu un conseiller de l’exécutif, en commentant l’annonce faite mardi soir par la présidente de la Commission nationale du débat public (CNDP).

Chantal Jouanno a décidé de se « retirer du pilotage de ce débat » en raison de la polémique suscitée par son niveau de salaire (14 666 euros bruts mensuels). Les « conditions de sérénité nécessaires pour ce débat » ne sont pas assurées, a-t-elle justifié.

La ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, a souhaité mercredi matin sur RMC/BFMTV que ce rôle de pilote du « grand débat » soit confié à un « sage », quelqu’un qui ait « l’estime des Français » et « ne soit pas suspecté d’être proche d’un élu ou proche d’un mouvement ».

Il doit être formellement lancé en début de semaine prochaine par Emmanuel Macron avec la publication d’une « lettre aux Français » suivie d’un déplacement mardi dans l’Eure, première étape d’une série de visites présidentielles en région.

Chantal Jouanno a assuré que le « grand débat » serait, comme prévu, « opérationnel au 15 janvier ».

 

Source : https://m.epochtimes.fr

Crédit photo : capture d’écran : https://m.epochtimes.fr

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail