Le jour de son mariage, une femme paralysée à qui les médecins disaient qu’elle ne marcherait plus jamais leur prouve qu’ils avaient tort

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

(Avec l'aimable autorisation de Brittney Hitchcock)

Une femme à qui l’on avait dit qu’elle ne marcherait plus jamais après une grave blessure à la colonne vertébrale causée par un accident de VTT a prouvé que ses médecins avaient tort en descendant l’allée le jour de son mariage.

Le 10 juillet, escortée par son père, Brittney Hitchcock, 26 ans, s’est levée de son fauteuil roulant et a marché jusqu’à l’autel pour rejoindre son époux, avec du soutien.

C’était le résultat de quatre années de travail acharné et de rééducation.

« Je savais que je voulais marcher dans l’allée », a déclaré Brittney dans une interview avec Epoch Times, « alors j’ai dû m’entraîner à obtenir plus de force dans le haut de mon corps, et dans mes jambes, et dans mon cœur, pour me lever et marcher. »

En 2017, Brittany et son fils ont eu un accident de VTT. Brittany a levé le garçon sur elle, encaissant la force contondante ; il s’en est sorti avec seulement des égratignures sur le dos, mais Brittany a subi des contusions et s’est fracturé la première vertèbre lombaire de la colonne vertébrale.



On lui a posé des tiges dans le dos et elle a subi trois crises d’épilepsie à l’hôpital. Les crises l’ont empêchée de commencer la thérapie, et, la force des convulsions ayant déplacé les tiges dans sa colonne vertébrale, Brittany a subi une nouvelle opération.

« Le médecin a dit à [ma famille] que je ne pourrais plus jamais marcher. Il n’y avait ‘aucune chance’ », se souvient-elle.

« Quand ma famille a vu que je faisais des progrès, elle a continué à me pousser et à me dire : ‘Tu peux y arriver, tu peux y arriver, n’abandonne pas.

Et je n’ai jamais abandonné. Je devais faire ce que je devais faire pour mes enfants. »

Au début de sa rééducation, Brittany a commencé à sentir ses jambes lorsqu’elles bougeaient. L’espoir est revenu, et cela l’a motivée.

Lorsque le partenaire de Brittany, Glen, rencontré sur Facebook, l’a demandée en mariage à l’hôpital devant toute sa famille, le couple a fixé une date pour l’année suivante, laissant à Brittany le temps de travailler sur ses jambes et la force du haut du corps.

Elle a suivi une thérapie jusqu’à trois fois par semaine.

Décrivant le jour de son mariage comme « le jour le plus parfait de tous les temps », Brittany a confié à Epoch Times que la nervosité l’avait rongée avant le grand moment. « Je ne voulais pas trébucher ou tomber », a-t-elle déclaré.

« Mais je l’ai fait, et c’était [gratifiant] de voir la réaction de tous ceux qui ne m’avaient jamais vue marcher auparavant. »

Glen n’avait vu que des vidéos des progrès les plus récents de Brittany, car son travail l’empêchait d’assister à toutes les séances de thérapie.

Voir sa surprise et ses larmes au moment où sa fiancée descendait l’allée était « vraiment, vraiment magique », a déclaré Brittany.

Les médecins de Brittany avaient dit qu’une nouvelle grossesse ne se produirait jamais plus pour elle. Or, elle est enceinte et accueillera son bébé à la fin de l’année.

La jeune maman reconnaît que sa famille et son mari lui ont fourni un système de soutien solide comme le roc tout au long de son rétablissement.



Brittany affirme que Glen l’a aidée à se motiver dans les moments de désespoir : « Il est resté à mes côtés, il ne m’a jamais quittée. »

Elle se rappelle également avoir été poussée à bout par ses thérapeutes  un groupe d’experts qui sont « comme une famille » pour elle  et avoir relevé le défi.

Au début, elle s’inquiétait de la façon dont le monde extérieur la percevrait, mais elle accueille désormais volontiers les questions et se réjouit d’avoir l’occasion d’éduquer les autres sur la vie en tant que personne en fauteuil roulant.

Brittany a même l’espoir de pouvoir marcher davantage à l’avenir.

Pour certains, réfléchit Brittany, le parcours est simplement un peu plus difficile que pour d’autres.

Elle conseille aux autres : « C’est normal de lutter, mais n’abandonnez pas. »

Source : theepochtimes

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail