Les applications développées par les géant du web facilitent le marché d’esclaves

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

esclave.jpg?resize=1200,630 - Les applications développées par les géant du web facilitent le marché d'esclaves

Vous n’imaginez pas qu’à notre époque l’esclavage existe encore, et bien détrompez-vous !

Le plus triste dans tout cela est que l’esclavagisme n’a jamais aussi bien marché et ce, grâce aux nouvelles technologies que nous avons à disposition. Explication…

Des marchés d’esclaves facilités par les géants du web

C’est une petite bombe qui est en train d’éclabousser les géants du web qui, au cœur d’une polémique au Moyen-Orient, sont accusés de faciliter les marchés illégaux d’esclaves…

Google, Apple, Facebook, Instagram et bien d’autres sont concernés !

L’enquête a été faite par la BBC qui s’est rendue au Koweït, pays bien connu pour avoir des domestiques venant du continent africain.

Afin de pouvoir rentrer dans le pays, elles doivent avoir un visa nécessitant un employeur ou un sponsor officiel.

Cependant, ces femmes se voient souvent se faire retirer leur visa et elle n’ont plus la possibilité de changer d’emploi sans l’accord de leurs employeurs.


Le résultat est qu’elles deviennent des travailleuses invisibles surtout non-payées. Du coup, un marché illégal de ces femmes s’est mis en place sur internet afin qu’elles soient revendues.

Ce vaste réseau concernerait des milliers de femmes, visibles sur plusieurs applications où l’on trouve des petites annonces pour faire commerce de ces jeunes femmes…

Crédit Photo: Pixabay

Des jeunes femmes vendues sur des applications…

Les géants du web ont leur part de responsabilité dans ce vaste trafic puisqu’il est facilité par l’utilisation de leurs applications qui servent de plateforme d’achat et de vente.

Pour Urmila Boohly, rapporteuse spéciale de l’Onu, elle estime que les géants du web doivent être tenus pour responsable: « C’est l’exemple par excellence de l’esclavage moderne. Google, Apple, Facebook et toute autre entreprise qui hébergent ce type d’application doivent être tenues pour responsables.

Elles font la promotion d’un marché en ligne d’esclaves. »


Afin de faire face aux marchés illégaux de ces femmes, Instagram a supprimé le #bonnesàtransférer tandis que l’application 4Sale a supprimé la catégorie d’offres de ce type.

Pour Google, Apple et Facebook, le temps est encore à la réflexion mais des mesures devraient être prises rapidement.

On a du mal à croire que l’esclavagisme existe encore en toute impunité…

Source : https://www.vonjour.fr

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail