Mort de Claude Brasseur : quelles sont les raisons de son décès ?….

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

CLAUDE BRASSEUR.

Le comédien français connu pour ses rôles dans Un éléphant ça trompe énormément, Camping ou La Boum est mort à l’âge de 84 ans « dans la paix et la sérénité entouré des siens ».

Retour sur son immense carrière et sa

Claude Brasseur est mort à l’âge de 84 ans.

C’est son agent qui a annoncé cette terrible nouvelle à l’AFP ce mardi 22 décembre.

L’acteur français est « décédé ce jour dans la paix et la sérénité entouré des siens » a indiqué son agent, précisant qu’il n’avait pas été emporté par le coronavirus.

On ne sait toutefois pas s’il souffrait d’une autre maladie.

Claude Brasseur sera prochainement inhumé à Paris, au cimetière du Père Lachaise, aux côtés de son père le comédien Pierre Brasseur.

Claude Brasseur a tourné dans une centaine de films.

L’acteur laisse derrière lui soixante de carrière au cinéma, à la télévision et au théâtre et une centaine de films depuis ses débuts dans les années 1970.

Parmi eux, on retient ses rôles cultes dans Un éléphant ça trompe énormément, La Boum, Camping ou La Guerre des polices.

Claude Brasseur se distinguait comme un comédien capable de passer aisément des films d’auteurs aux comédies populaires.
Claude Brasseur a reçu deux Césars.

Il fait partie de ces acteurs qui ont été récompensé plus d’une fois par les professionnels du cinéma à l’occasion des César.

Il a obtenu une première fois le prix du meilleur acteur dans un second rôle en 1977 pour son interprétation dans Un éléphant, ça trompe énormément.

Trois ans plus tard, c’est le César du meilleur acteur qu’il reçoit pour La Guerre des polices, lors de la cérémonie de 1980.
Pluie d’hommages à Claude Brasseur.

Claude Brasseur était un comédien extrêmement populaire, ayant marqué le public en près de soixante ans de carrière.



Depuis l’annonce de son décès, des anonymes mais aussi des personnalités médiatiques lui rendent hommage sur les réseaux sociaux.

Franck Dubosc, avec qui il a tourné dans Camping, « l’embrasse une dernière fois », tandis que Jean Dujardin salue « [son]beau et talentueux Claude ».

Retrouvez ci-dessous toutes les informations sur la mort de Claude Brasseur.

17:00 – Quand Claude Brasseur s’exprimait sur le métier d’acteur
En soixante ans de carrière, Claude Brasseur a accumulé une grande expérience du métier d’acteur.

Comme le soulève l’AFP dans son portrait paru à l’occasion de son décès, le comédien estimait que « jouer n’est pas du travail.

Quand je joue, j’ai l’impression de retourner dans la cour de récréation où, avec mes copains, on s’amusait aux gendarmes et aux voleurs, aux cowboys et aux indiens.

Par la suite, j’ai été empereur, chef de la police, dentiste…

Je prie pour ne jamais me rendre au théâtre ou sur un plateau avec des semelles de plomb » a-t-il dit au cours d’un entretien.

16:52 – « Tu me manques déjà » : l’hommage de Jean-Paul Rouve
Jean-Paul Rouve a rendu hommage à Claude Brasseur, décédé ce mardi, sur son compte Facebook : « J’ai eu l’immense honneur de jouer avec toi et surtout de te diriger (enfin de te regarder jouer plutôt !), écrit-il.

Je t’embrasse tendrement mon Claude.

Tu me manques déjà. »

En effet, les deux acteurs avaient joué ensemble dans Légitime Défense, sorti en 2011, ainsi que l’année suivante dans la comédie dramatique Quand je serai petit, réalisée par Jean-Paul Rouve.

16:44 – Claude Brasseur a remporté le Paris-Dakar
S’il était connu comme acteur, sachez que Claude Brasseur aimait aussi beaucoup le sport.

Il a été sélectionné pour les Jeux Olympiques d’hiver 1964, dans l’équipe de France de bobsleigh mais suite à un grave accident pendant les entrainements, son équipe n’a pas pu participer à l’épreuve.

Parallèlement il a fait de la compétition automobile et a même remporté le Paris-Dakar en 1983 avec son copilote Jacky Ickx.



Il a également fait plusieurs courses et rallyes au volant d’une Simca 1000 Rallye.

16:27 – Son rôle dans La Boum
Claude Brasseur a marqué les cinéphiles pour des rôles qui lui ont valu l’approbation de la critique et l’adoubement aux César.

Mais l’acteur était également un comédien extrêmement populaire auprès du public qui n’hésitait pas à apparaître dans des comédies. L’un de ses rôles cultes reste celui de François Beretton dans La Boum en 1980.

Il y a jouait ce dentiste, un mari grognon, infidèle mais père néanmoins attachant de Vic, jouée par Sophie Marceau.

16:14 – L’hommage de José Garcia à Claude Brasseur
L’annonce du décès de Claude Brasseur ébranle le monde du cinéma français. L’un des premiers acteurs à réagir est José Garcia.

Sur son compte Instagram, il a eu une pensée pour le comédien avec qui il avait joué dans Sa Majesté Minor : « Décidément cette année de merde emporte ce qu il y avait de meilleur et de plus FUN au monde repose en paix mon ami ..que de merveilleux moments passer ensemble ! Abrazo Campeon !! »

16:04 – Franck Dubosc « embrasse une dernière fois » Claude Brasseur
Franck Dubosc et Claude Brasseur se sont donnés la réplique dans Camping à plusieurs reprises.

C’est donc tout naturellement que le comédien connu pour le rôle de Patrick Chirac s’est fendu d’un bref mais touchant hommage sur son compte Instagram : « Je t’embrasse une dernière fois mon claude » a écrit Franck Dubosc, en légende d’une photo où les deux acteurs s’enlacent.

16:02 – Il venait d’une famille d’acteurs
Claude Brasseur était peut-être le plus connu, mais ce n’était pas le seul acteur de sa famille.

Il était en effet le fils de Pierre Brasseur (Les Enfants du Paradis, Le Quai des Brumes) et d’Odette Joyeux (L’âge heureux, Douce).

Son propre enfant, Alexandre Brasseur, est lui aussi acteur : on le voit chaque soir sur TF1 dans Demain nous appartient.

15:55 – Qui étaient les femmes de sa vie ?
Claude Brasseur a été marié à deux reprises au cours de sa vie.

En 1961, il épouse la mannequin et journaliste Peggy Roche.

Mais leur mariage ne durera pas, puisqu’ils divorcent rapidement.

Il retrouvera cependant l’amour dans les bras de Michèle Cambon.

Cette dernière lui donnera son fils unique, Alexandre Brasseur.

Ce dernier est bien connu des téléspectateurs, puisqu’il joue dans la série Demain nous appartient.

15:43 – L’hommage de la cinémathèque française à Claude Brasseur
L’annonce de la mort de Claude Brasseur a attristé de nombreux cinéphiles français.

C’est donc sans surprise que la Cinémathèque française lui a rendu hommage sur les réseaux sociaux : « Il a traversé 60 ans de cinéma français avec Carné, Franju, Renoir, Godard, Lautner, Pinoteau, Truffaut, Téchiné, Sautet, Breillat, Berri, Blier, Cabrera, Onteniente ou Yves Robert.

100 films, 2 Césars, et une grande carrière sur les planches Claude Brasseur… Grande tristesse », peut-on lire sur Twitter.



15:34 – Claude Brasseur était le dernier acteur du film « Un éléphant.. » encore vivant
Avec Claude Brasseur, c’est le quatuor du classique « Un éléphant, ça trompe énormément » et de sa suite, « Nous irons tous au paradis », qui s’éteint.

En effet, l’acteur de 84 ans était le dernier encore en vie, Victor Lanoux étant décédé en 2017 tout comme Jean Rochefort.

Guy Bedos nous a quittés lui aussi le 28 mai dernier.

15:25 – L’acteur sera inhumé au Père Lachaise
Dans son communiqué, l’agent de Claude Brasseur donne davantage de précisions sur l’inhumation de l’acteur.

Ce dernier sera inhumé à Paris, au cimetière du Père-Lachaise, « aux côtés de son père », Pierre Brasseur.

S’il est précisé que les règles sanitaires seront respectées, on ne sait pas quand aura lieu l’inhumation.

15:18 – Claude Brasseur n’a pas été victime du coronavirus
L’AFP nous en apprend davantage sur la mort de Claude Brasseur. L’acteur de 84 ans n’a pas été victime du coronavirus.

Son agent précise que le comédien « est décédé ce jour dans la paix et la sérénité entouré des siens ».

Aucune maladie n’a été mentionnée pour justifier ce décès.

15:12 – Il a marqué des générations de téléspectateurs dans le rôle de Vidocq
Claude Brasseur a marqué des générations de spectateurs en incarnant des personnages extrêmement populaires.

Il s’est notamment fait connaître à partir de 1971 en incarnant François Vidocq à la télévision, dans Les Nouvelles aventures de Vidocq, une série de deux saisons qui s’est achevée en 1973.

Cela lui a également ouvert les portes du cinéma peu de temps après.

15:05 – Un acteur césarisé à deux reprises
C’est une carrière immense que laisse derrière lui Claude Brasseur. Le comédien a joué dans une centaine de films, et a même obtenu deux Césars au cours de sa carrière.

Un premier en 1977 dans un second rôle pour Un éléphant ça trompe énormément.

Le second est arrivé trois ans plus tard seulement : il a obtenu en 1980 le César du meilleur acteur cette fois pour La Guerre des polices.

14:57 – De quoi est mort Claude Brasseur ?
C’est son agent qui a annoncé la triste nouvelle ce mardi 22 décembre 2020 à l’AFP.

Toutefois, pour l’heure, les causes de la mort de Claude Brasseur ne sont pas connues : on ne lui connaissait pas de maladie jusqu’à ce jour.

L’acteur était âgée de 84 ans.

De son vrai nom Claude Espinasse, Claude Brasseur est un acteur français. Il est le fils des acteurs Pierre Brasseur et Odette Joyeux, né le 15 juin 1936.



Claude Brasseur jeune : début et rôle de Vidocq
En 1955, Claude Brasseur fait ses premiers pas au théâtre dans « Judas » de Marcel Pagnol.

Puis, l’année suivante, il débute au cinéma dans « Rencontre à Paris » de Georges Lampin.

Par la suite, il tourne avec de grands réalisateurs tels que Jean Renoir et Marcel Carné.

Ses premiers grands rôles, il les obtient d’abord grâce à la télévision, en jouant Rouletabille dans « Le mystère de la chambre jaune » de Jean Kerchbron et Sganarelle dans « Dom Juan ou le Festin de pierre » de Marcel Bluwal.

Brasseur est aussi connu pour avoir joué François Vidocq dans « Les Nouvelles aventures de Vidocq », une série de deux saisons, de 1971 à 1973.

Sa carrière cinématographique & théâtrale
C’est à partir de 1974 que Claude Brasseur se fait remarquer au cinéma avec le film « Les Seins de glace » de Georges Lautner.

Mais il obtient la consécration avec « Un éléphant ça trompe énormément » d’Yves Robert, en 1976, jouant le rôle d’un homme homosexuel.

Le film est un tel succès, qu’il y a une suite « Nous irons tous au paradis » en 1977, à laquelle il participe.

Sa carrière est jalonnée de nombreux films, dont des films à succès comme « La guerre des polices » de Robin Davis en 1979, « La boum » de Claude Pinoteau en 1980 et sa suite, « Les acteurs » de Bertrand Blier en 2000, « Chouchou » de Merzak Allouache en 2003 et « Camping » et ses suites de Fabien Onteniente en 2006.

Claude Brasseur a également continué à fouler les planches. Les pièces qu’il a souvent joué sont : « Tartuffe ou l’imposteur » de Molière, « Le souper » de Jean-Claude Brisville, « A torts et à raisons » de Ronald Harwood, pour laquelle il a été nommé au Molière du comédien en 2000 et « La colère du tigre » de Philippe Madral, pour laquelle il a été nommé au Molière du comédien dans un spectacle de théâtre privé en 2015.

Brasseur a gagné deux césars : le César du meilleur acteur dans un second rôle pour « Un éléphant ça trompe énormément », en jouant le premier personnage homosexuel « positif » du cinéma français et le César du meilleur acteur pour « La guerre des polices ».

Les succès des films « La boum » et « Camping »
Claude Brasseur joue notamment dans deux films à succès : « La Boum » de Claude Pinoteau et « Camping » de Fabien Onteniente.

Dans le premier, il joue le rôle du père de Vic (Sophie Marceau), dentiste très occupé et ayant une maîtresse (Dominique Lavanant). Dans le deuxième, aux côtés de Mylène Demongeot, il interprète Jacky Pic, un retraité habitant Melun, qui vient au camping depuis 30 ans et qui possède toujours l’emplacement 17.

Initialement, ce rôle était destiné à Jacques Villeret, mais ce dernier est décédé avant le tournage.

Le film lui est donc dédié. Sur son personnage, Brasseur révèle qu’il n’a pas eu de difficulté à interpréter un « beauf ».

En 1980, « La boum » fait 4 378 430 entrées et en 2006, « Camping » fait 5 490 482 entrées au Box office.

Claude Brasseur dans Camping

Une famille d’artiste
Claude Brasseur fait partie d’une famille d’acteurs.

En effet, son père était Pierre Brasseur, célèbre pour avoir joué notamment dans « Le quai des brumes » de Marcel Carné et « Les enfants du paradis » de Marcel Carné et de l’actrice Odette Joyeux.

L’écrivain américain Ernest Hemingway est son parrain.

En 2007, Brasseur est président de la 32e cérémonie des César.

Le 25 mars 2004, il est fait chevalier de l’ordre national du Mérite puis promu officier le 13 mai 2016.

Puis le 18 novembre 2008 il est fait chevalier de la Légion d’honneur puis promu officier le 30 décembre 2016.

Qui est le fils de Claude Brasseur ?
Claude Brasseur épouse la mannequin et journaliste de mode Peggy Roche le 27 mars 1961 et divorce par la suite.

Puis il se marie avec Michèle Cambon, avec qui il a un fils, Alexandre Brasseur, lui aussi acteur, connu notamment pour jouer dans la série « Demain nous appartient ».

Claude Brasseur pratique deux sports : tout d’abord le bobsleigh, où il a été sélectionné en équipe de France pour les Jeux olympiques d’hiver de 1964 à Innsbruck, mais suite à un grave accident, l’équipe n’a pu participer ; puis la compétition automobile.

Il a d’ailleurs remporté le rallye Paris-Dakar de 1983 avec Jacky Ickx, son copilote.

Il a aussi souvent participé à des courses du Simca Racing Team avec le Star racing Team, au volant d’une Simca 1000 Rallye.



Source : linternaute
Crédit photo : Capture d’écran

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail