Nicolas Sarkozy, la tentation du recours

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

En petit comité, l’ancien président de la République n’exclut pas l’idée d’un retour en cas de crise grave.

S’il répète qu’il en a fini avec la vie politique, Nicolas Sarkozy n’écarte pas, en petit comité, l’hypothèse d’un retour en cas de grave crise nationale.

Il y a plusieurs semaines, avant la révolte des Gilets jaunes, l’ancien président a confié à l’un des nombreux élus qui défilent dans son bureau : « Carla me dit : Nicolas, j’espère que tu vas rester sage.

Mais vous avez vu la situation ? Je ne vais pas avoir le choix, je vais peut-être être obligé de revenir… »

L’ancien chef de l’Etat ne s’est pas exprimé publiquement depuis une interview accordée à l’hebdomadaire Le Point, fin octobre.
Un entretien dans lequel il n’envisageait pas, alors, un éventuel retour.
« Je savais dès le début que le pouvoir était une parenthèse dont on n’est pas propriétaire, déclarait-il.
J’ai commis des erreurs, il y a des choses que je referais différemment, mais je n’ai aucune amertume, aucun regret. »
Crédit photo : capture d’écran
Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail