On a dit à une future maman d’avorter, mais elle a préféré miser sur un « miracle » et son « miracle » a maintenant 11 ans 💕

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

(Avec l'aimable autorisation de Nataliia Martyniuk)

Alors qu’elle était enceinte de sa fille, Nataliia Martyniuki a été bouleversée lorsque les médecins lui ont recommandé d’avorter.

En raison de complications, son bébé ne devait pas survivre, mais Nataliia a choisi de placer sa foi dans un miracle et a refusé.

Onze ans plus tard, ce miracle est devenu une belle artiste épanouie, qui s’appelle Anna.

« J’ai appris à croire aux miracles et à les attendre, même dans des circonstances difficiles », a confié à Epoch Times, Nataliia, originaire d’Ukraine.

« Chaque enfant est spécial, c’est indiscutable, mais je n’aurais jamais imaginé que ce bébé en moi change autant ma vie ! »

À 20 semaines de grossesse, Nataliia, très enthousiaste, avait rendu visite à son médecin.

« J’aimais déjà mon bébé, quel que soit son sexe », avait-elle dit, ajoutant qu’elle « rêvait d’avoir une petite fille !


Je rêvais de lui apprendre que toutes les fillettes sont des princesses.

… Je lui apprendrais aussi à dessiner, à jouer avec les couleurs comme avec des instruments. »

Le médecin de Nataliia s’est inquiété et a suggéré de demander un deuxième avis à un spécialiste.

« S’il confirme mon diagnostic, ne perdez pas de temps, il n’y a aucune chance pour la vie avait-il dit », se souvient Nataliia.

La future maman a appris que les reins de son bébé étaient couverts de kystes, que son abdomen était lâche et que sa vessie n’était pas visible.

On lui a dit que le « meilleur résultat » auquel elle pouvait s’attendre serait que son bébé survive à la naissance, mais meure peu après.

« Mais il souffrira », a ajouté le spécialiste, selon Nataliia. « Prenez un rendez-vous pour un avortement. »

Elle était dévastée. Mais elle n’a pas suivi leur conseil.

Au lieu de cela, elle s’est tournée vers sa foi pour être guidée.

« Je me suis souvenue du passage de la Bible dans l’évangile de Luc 1:37, ‘Car avec Dieu rien n’est impossible’ », a-t-elle partagé.

La future maman s’est donc concentrée sur la date de l’accouchement.

Un accouchement naturel serait trop risqué pour Anna, en raison de la taille de l’abdomen du bébé, ont fini par dire les médecins, et ils se sont donc préparés à une césarienne.

Après la naissance, Anna n’est pas morte.

Elle a passé une semaine en soins intensifs et a quitté l’hôpital avec un diagnostic officiel de polykystose rénale bilatérale, nécessitant des analyses d’urine hebdomadaires, un contrôle mensuel du taux de créatinine et une hospitalisation immédiate en cas de mauvais résultats.

« J’étais terrifiée quand j’ai vu son énorme ventre », se souvient Nataliia.

« J’avais peur de lui faire du mal…

J’avais l’impression bizarre d’être capable d’apprendre à d’autres mères comment s’occuper de leurs bébés et de ne pas savoir comment m’occuper du mien. »

Encore une fois, la foi de la nouvelle maman lui a permis de se concentrer sur les points positifs.

Anna a fait ses premiers pas à l’âge de 2 ans.


Enfant timide et calme, elle a rapidement développé une passion pour les livres et la peinture, comme sa mère en avait rêvé.

Plusieurs visites dans différents hôpitaux dans différents pays ont suivi, mais le duo mère-fille a persisté.

« Ce n’était pas facile, mais j’étais heureuse d’avoir choisi la vie », se souvient Nataliia.

Anna, qui a maintenant 11 ans, peint des tableaux gais et éblouissants pour les exposer dans les services pour enfants des hôpitaux.

Pour une exposition de ses œuvres, elle a choisi la devise « Nous prions pour vivre, nous vivons pour créer. »

Aujourd’hui, Nataliia fait l’école à la maison à sa fille et dirige un club d’art, « Art Princesses », où Anna enseigne à l’une de ses propres élèves, Darynka.

Elle est une autre artiste en herbe, elle se déplace en fauteuil roulant et manie le pinceau dans sa bouche.

Nataliia anime également des cours de catéchisme à l’église aux côtés de sa fille et aide d’autres mamans à publier leurs propres expériences de « miracles ».


L’histoire d’Anna a été immortalisée dans Ne dis pas de bêtises ! Je suis un Miracle de Dieu !, un livre en ukrainien qui pourrait bientôt être publié en anglais.

Source : theepochtimes

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail