Pass sanitaire européen: quelles sont les modalités?

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Depuis le 1er juillet, la présentation d’un pass sanitaire est requis pour voyager librement au sein de l’Union européenne. Quelles sont les modalités d’application?

À quoi sert-il?

Le pass sanitaire européen entend simplifier les contrôles aux frontières. Il permet à son détenteur d’éviter des restrictions telles qu’une quarantaine obligatoire. Il permet en outre d’éviter que chaque pays exige un carnet de vaccination différent.



En tout cas sur le papier puisque les règles diffèrent d’un pays à un autre. Par exemple pour entrer sur le territoire belge, il faut fournir un test PCR négatif de moins de 72h et avoir rempli le formulaire PLF (Formulaire de localisation du passager) 48h avant l’entrée sur le territoire tandis qu’en Pologne il faut fournir un test PCR de moins de 48h.

Toutes les modalités pays par pays sont disponibles sur le site France Diplomatie. Grâce à ce dispositif, le ministère des Transports s’attend à voir bondir la fréquentation des aéroports de 60%. Enfin, ce pass sanitaire est éligible dans 30 pays européens, c’est-à-dire les pays de l’espace Schengen, Andorre, la Suisse, le Liechtenstein, l’Islande, la Norvège et Monaco.

Comment l’obtient-on?

Pour l’obtenir, rien de plus simple que de se rendre sur le site de l’Assurance Maladie dans la partie consacrée à la vaccination. L’application TousAntiCovid peut intégrer ce certificat en scannant tout simplement le QR code associé.







Si vous ne possédez pas de smartphone, pas de panique! Vous pouvez tout simplement imprimer l’attestation.

Quels tests sont éligibles?

Les tests PCR, tests antigéniques et vaccins sont reconnus éligibles pour ce pass sanitaire européen. Si les tests PCR sont automatiquement enregistrés dans le système SI-DEP, pour les tests antigéniques, c’est une autre histoire. En effet, le gouvernement indique que le test antigénique pour les rétablis du Covid-19 doit dater de 15 jours minimum, mais ne doit pas excéder plus de six mois.

Quant aux vaccins, il faut préciser d’emblée que les personnes vaccinées avec une seule dose ne sont pas éligibles, le processus vaccinal n’étant pas terminé. Par conséquent, elles devront se soumettre à un test PCR. Cependant, la législation varie selon les pays. Par exemple, la Slovaquie accepte les voyageurs vaccinés avec une seule dose d’AstraZeneca ou de Johnson & Johnson depuis moins de 28 jours alors que l’Espagne ou la Grèce exigent une vaccination complète.

Les vaccins reconnus à l’heure actuelle par l’Agence européenne du médicament sont Pfizer-BioNTech, Moderna, AstraZeneca et Johnson & Johnson.

Pour les personnes vaccinées avec le Spoutnik-V ou le Sinopharm, il faudra fournir un test PCR. Pour ces deux derniers vaccins cités, il faut noter que la Croatie fait figure d’exception puisqu’elle autorise l’entrée aux personnes ayant reçu les deux doses lors des 210 derniers jours.

Quels contrôles sont prévus?

Pour la France, le gouvernement a annoncé que les contrôles seraient appliqués de manière aléatoire par voie maritime, terrestre et aérienne.
Cependant, comme l’a constaté Europe 1 à Orly, ces contrôles se font de manière systématique au moment de l’enregistrement. Impossible donc d’embarquer sans ce document.

Le cas échéant en l’absence de ce document, les voyageurs sont invités à se faire tester dans l’aéroport afin de pouvoir ensuite récupérer ce document leur permettant de continuer leur voyage.







Pour les voyages en train, des contrôles aléatoires sont à l’ordre du jour et sont opérés par la police aux frontières. Chez Thalys, on indique que le pass sanitaire n’est pas requis à l’embarquement, mais recommandé en cas de contrôle. Du côté de la SNCF même son de cloche. La compagnie ferroviaire rappelle que sur les trains internationaux les contrevenants s’exposeront à une amende.

Enfin, le gouvernement indique qu’une fois la frontière franchie, le pass pourra en principe ne plus vous être demandé.

En Europe, selon l’agence de presse italienne ANSA des contrôles systématiques par la police aux frontières italienne ont lieu lors de l’enregistrement et l’embarquement à l’aéroport Fiumicino à Rome. En Belgique, Le Soir indique que les contrôles aux frontières seront effectués avec le système CovidScan spécialement créé à l’occasion et servira également aux professionnels du tourisme. En Lettonie, l’entrée est contrôlée de manière plus stricte puisqu’il faut remplir une demande 48h à l’avance sur le site covidpass.lv pour obtenir un QR code obligatoire pour entrer sur le territoire letton. Toute absence de QR code est sanctionnée par une amende pouvant atteindre 2.000 euros.




Source
Crédit photo : Capture d’écran

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail