Pays du père Noël, voici comment la Laponie veut sauver les fêtes de fin d’année…..

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Pays du père Noël, voici comment la Laponie veut sauver les fêtes de fin d’année…….

À deux mois de Noël, la pandémie de Covid-19 menace sérieusement les fêtes de fin d’année. Entre confinement et baisse du tourisme, la Laponie s’apprête à célébrer un Noël très particulier cette année. Mais tout sera mis en œuvre pour sauver Noël.

À deux mois de Noël, la pandémie de Covid-19 menace sérieusement les fêtes de fin d’année. Entre confinement et baisse du tourisme, la Laponie s’apprête à célébrer un Noël très particulier cette année. Mais tout sera mis en œuvre pour sauver Noël.

Sauver Noël. Non, ce n’est pas le titre d’une comédie romantique dont les chaînes de télévision raffolent à l’approche des fêtes de fin d’année, mais bien l’objectif que s’est fixé la Laponie.

Dans le village du Père Noël, proche de Rovaniemi, capitale de la Laponie finlandaise, chaque année, on attend patiemment les derniers mois de l’année, et les festivités qui précèdent le 25 décembre.

Mais cette année 2020 a un goût particulier. Il faut dire qu’avec le coronavirus et les différents confinements européens, cette période qui constitue habituellement le pic de fréquentation de la région, risque d’être un peu spéciale.



Mais hors de question pour les locaux ou pour le gouvernement finlandais d’annuler toutes les festivités. La Laponie pourra accueillir des touristes, mais selon des règles strictes…

Sauver Noël… Mais surtout l’économie locale

L’année 2020 est compliquée pour de nombreux secteurs d’activités. Les pays qui vivent du tourisme ne dérogent pas à la règle. En Laponie, si les autorités souhaitent permettre aux visiteurs de venir dans la région, il y a bien plus qu’une question de « sauver Noël » pour les habitants.

Ces derniers veulent aussi se « sauver eux-mêmes », explique dans un article le média américain CNN. Car si la Finlande est aujourd’hui le pays européen qui semble gérer au mieux l’épidémie, avec le taux de décès le plus faible de l’Union européenne (UE) et l’un des plus faibles taux de reproduction du virus, il n’est pas pour autant épargné par la crise économique engendrée.

Et pour ces raisons, Sanna Kärkkaäinen, directrice de Visit Rovaniemi, le village officiel du Père Noël, n’envisage pas d’autres solutions. « Noël n’est certainement pas annulé », a-t-elle commenté auprès de CNN.

72 heures maximum en Finlande ?



Pour l’heure, « la Finlande accueille les voyageurs de loisirs de plusieurs pays où la situation s’est améliorée, explique le site officiel du tourisme en Finlande, visitfinland.com. Il n’y a pas de quarantaine ou de test obligatoire pour les voyageurs en provenance de ces pays à leur arrivée en Finlande. »

Par ces pays, il faut comprendre ceux où la situation s’est améliorée et où 25 cas sont observés pour 100 000 habitants dans les quatorze derniers jours.

À l’approche des fêtes de fin d’année, le gouvernement finlandais devrait faire évoluer ces mesures et les assouplir. À partir du 23 novembre, les voyages seront également possibles à partir de tous les pays de l’UE et de l’espace Schengen, Royaume-Uni compris.

Le taux d’infection pourra être supérieur à 25 pour 100 000 personnes. Il sera néanmoins nécessaire de fournir un test Covid négatif de moins de 72 heures, et d’observer 72 heures de quarantaine une fois en Finlande, avant un deuxième test. Si ce second résultat est négatif, la personne peut se déplacer librement en Finlande.

Ces tests ne seront pas demandés si la visite dure moins de 72 heures.



Si ces mesures ne sont pas encore adoptées et pourraient encore évoluer d’ici le 23 novembre, elles inquiètent d’ores et déjà le secteur touristique. « Soixante-douze heures, c’est un séjour assez court pour la Laponie », reprend Sanna Kärkkaäinen.

La directrice du village du Père Noël craint que la nécessité d’observer une quarantaine ne pousse les touristes à opter pour des séjours courts, sans « profiter pleinement de la région et de la destination ».

Le Père Noël masqué et derrière un plexiglas ?

Pour ce qui est de la sécurité sur place, le village du Père Noël a tout prévu. « Nous avons créé un modèle de voyage sûr, en collaboration avec le district hospitalier de Laponie », avance la directrice du site. Sur place, la distanciation sociale sera assurée lors des ateliers et les organisateurs préviennent : le Père Noël pourrait se tenir derrière un plexiglas.



Un autre acteur du tourisme, Alistair McLean, directeur général de The Artisan Travel Company, qui organise des voyages sur mesure dans la région, aussi interrogé par CNN, se dit interrogé par la gestion de la crise dans le pays.

Pour lui, s’il n’est pas « possible de garantir avec certitude que le Père Noël ou ses elfes ne porteront pas de masque », c’est aussi un gage que le secteur du tourisme fait tout son possible pour permettre des voyages sécurisés.

« Le gouvernement finlandais a travaillé en étroite collaboration avec les représentants du tourisme de Laponie pour trouver le juste équilibre entre le contrôle de la propagation et la sécurité de leur industrie touristique vitale », explique-t-il.

Les organisateurs de voyages insistent aussi sur la possibilité du maintien de distanciation sociale. Outre les activités au village du Père Noël, la Laponie offre un vaste choix d’activités : chiens de traîneau, aurores boréales… etc.

Des activités qui permettent de profiter des grands espaces de la région, sans tous se regrouper au même endroit.

Mais si l’optimisme reste de mise en Laponie, les différentes restrictions de voyage des autres pays européens auront à n’en pas douter un impact sur la saison. De là à empêcher le Père Noël de faire sa distribution de cadeaux ? Sûrement pas.



Source : ouest-france
Crédit photo : Capture d’écran

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail