Plusieurs dizaines de cas de fausses couches et de mortinaissances survenues à la suite de l’administration du vaccin contre le Covid-19

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Une femme reçoit un vaccin anti-Covid-19 au Gillette Stadium de Foxborough, Massachusetts, le 15 janvier 2021. (Scott Eisen/Getty Images)

Trente-quatre cas de femmes dont la grossesse a abouti à une fausse couche ou une mortinaissance spontanée après avoir reçu un vaccin contre le Covid-19 ont été soumis au système de notification des effets indésirables des vaccins (VAERS).

Le VAERS est un système de déclaration passif qui permet aux personnes de signaler un événement indésirable après la vaccination.

Il est géré aux États-Unis par la Food and Drug Administration (FDA) et les Centers for Disease Control and Prevention (CDC).

Des recherches financées par les CDC ont montré que moins de 1 % des réactions aux vaccins sont signalées dans le VAERS.

Les rapports transmis au VAERS ne signifient pas nécessairement qu’un vaccin peut avoir causé l’événement ou la réaction.

Les fausses couches sont qualifiées d’avortements spontanés ou d’avortements dans le système de déclaration.

De nombreuses fausses couches spontanées se sont produites au cours du premier trimestre ou des 12 premières semaines de la grossesse, avec 25 occurrences après réception du vaccin Pfizer-BioNTech.

Les quatre cas de mortinatalité sont survenus soit au cours du deuxième trimestre (semaines 13-27), soit au cours du troisième (semaines 28-40).


Selon Verywell Health, une ressource en ligne sur les questions liées à la santé : « Les recherches suggèrent qu’entre 10 et 20 % des femmes dont la grossesse a été médicalement confirmée feront une fausse couche.

Quatre-vingt pour cent d’entre elles se produiront au cours du premier trimestre. »

Dans un des cas, un médecin du Tennessee, enceinte de cinq semaines, a fait une fausse couche 13 jours après avoir été vaccinée avec un vaccin Pfizer.

La femme de 31 ans n’avait pas d’allergies connues ni d’antécédents médicaux.

Une infirmière de 33 ans de l’Indiana, lors de la troisième semaine de sa grossesse, a fait une fausse couche cinq jours après avoir reçu son deuxième vaccin Pfizer.

Elle a également déclaré que l’événement indésirable avait causé une anomalie congénitale.

Et une femme de 32 ans en Virginie, enceinte de 8 semaines, a déclaré avoir fait une fausse couche cinq jours après avoir reçu la première dose d’un vaccin Moderna en janvier.

Elle avait consulté deux obstétriciens et gynécologues avant de recevoir le vaccin le 14 janvier.

Elle a eu des crampes abdominales et des saignements vaginaux deux jours plus tard et a fait une fausse couche le 19 janvier. Elle n’avait pris que des vitamines prénatales.

Dans le Michigan, une femme de 35 ans, enceinte de 28 semaines et 5 jours, a déclaré que les mouvements du bébé avaient diminué deux jours après son premier vaccin Pfizer en décembre 2020.

La femme a donné naissance à un bébé mort-né pesant 2 kilos et 7 grammes à 29 semaines.

Elle était étroitement surveillée pour une anomalie du cordon ombilical appelée insertion du cordon vélamenteux.


Pfizer et Moderna n’ont pas souhaité répondre à la demande de commentaires d’Epoch Times.

De son côté, la FDA n’a pas non plus répondu à la demande d’Epoch Times de savoir si l’agence de contrôle allait se pencher sur le rapport VAERS.

Un porte-parole de la FDA a déclaré à Epoch Times dans un courriel que leurs experts en matière de vaccins sont « assez occupés » en ce moment.

Le Dr Shelley Cole, médecin, gynécologue-obstétricienne et membre de l’association américaine Frontline Doctors, a déclaré qu’il est préoccupant qu’un vaccin encore en phase expérimentale soit recommandé aux femmes enceintes et allaitantes et que la science ne les protège plus.

« En tant qu’obstétricienne-gynécologue, c’est une préoccupation », a déclaré le Dr Cole à Epoch Times.

« Nous jetons [maintenant] la science et la méthode de médecine scientifique par la fenêtre et mettons en danger les grossesses et les grossesses à venir en faisant cela. »

« Cela m’inquiète que le CDC dise qu’il n’y a pas d’études sur les effets secondaires dans ce cas-là, mais qu’il soit possible de se faire vacciner et qu’il n’y ait même pas besoin d’en discuter avec son médecin », a ajouté le Dr Cole.

« Je veux dire, cela va à l’encontre de tout les modèles, méthodes scientifiques et normes de soins qui ont été appliqués depuis un siècle. »

Dans ses recommandations sur les « Considérations relatives à la vaccination des personnes enceintes ou allaitantes », le CDC indique que les femmes enceintes ou allaitantes qui « font partie d’un groupe auquel il est recommandé de se faire vacciner contre le Covid-19, comme le personnel de santé, qui peut choisir de se faire vacciner » ne sont pas tenues de discuter avec leur médecin « avant la vaccination », même si les preuves « disponibles sur la sécurité liés aux vaccins contre le Covid-19 » sont limitées d’accès pour ce groupe.

Il n’existe pas non plus de données de sécurité sur les « effets des vaccins à ARNm sur le nourrisson allaité ou sur la production/excrétion légère », alors même que le vaccin n’est « pas considéré comme un risque pour le nourrisson allaité ».

L’Organisation mondiale de la santé (OMS), dans un communiqué de presse du 8 janvier, a déclaré qu’elle ne recommande pas le vaccin Covid-19 de Pfizer pour les femmes enceintes, sauf si elles présentent un risque élevé d’exposition au virus, comme les professionnelles de la santé.

« Les femmes enceintes courent un risque plus élevé de contracter une forme grave de Covid-19 que les femmes non enceintes, et le Covid-19 a été associé à un risque accru de naissance prématurée », a déclaré l’OMS.

« Néanmoins, en raison de l’insuffisance des données, l’OMS ne recommande pas la vaccination des femmes enceintes pour le moment. »

L’OMS a initialement publié la même recommandation pour le vaccin Moderna le 26 janvier, mais l’a révisée trois jours plus tard, en disant que « nous n’avons aucune raison particulière de croire qu’il y aurait des risques spécifiques qui l’emporteraient sur les avantages de la vaccination pour les femmes enceintes », donc les femmes enceintes dans le milieu des soins et de la santé ou « qui ont des comorbidités qui augmentent leur risque de maladie grave » peuvent recevoir le vaccin.

Les femmes enceintes ou allaitantes ont été exclues des essais de vaccins contre le Covid-19 de Pfizer et de Moderna, mais Pfizer mène actuellement un essai de phase 2/3 sur 4 000 femmes enceintes et en bonne santé qui recevront les vaccins au cours des deuxième et troisième trimestres.


Les agences gouvernementales de santé et le personnel de santé qui recommandent les vaccins affirment que les femmes enceintes « ont un risque accru de maladie grave, y compris une maladie qui entraîne l’admission en soins intensifs, la ventilation artificielle et la mort par rapport aux femmes non enceintes en âge de procréer ».

Le Dr Denise Jamieson, MD, MPH, présidente du Département de gynécologie et d’obstétrique de l’école de médecine de l’université Emory, recommande aux femmes enceintes de se faire vacciner quel que soit le trimestre où elles se trouvent et reconnaît que les données de sécurité font défaut.

« Si vous êtes un travailleur de la santé dans un établissement de soins de santé, vous êtes en danger tous les jours », a déclaré le Dr Jamieson au réseau JAMA le 8 février.

« Je vous conseille donc de vous faire vacciner rapidement et de ne pas attendre, quel que soit le trimestre. »

« Je pense qu’une des autres choses qui est vraiment importante, c’est que nous pensons que les avantages l’emportent sur les risques, bien que nous ne puissions pas décrire les risques », a ajouté le Dr Jamieson.

« Et je pense que l’une des choses qui me préoccupent, c’est que, vous savez, 15 000 femmes ont été vaccinées, des personnes enceintes ont été vaccinées, et pourtant nous avons vraiment très peu d’informations sur la sécurité, ce qui n’est pas bien. »

Hydroxychloroquine pour traiter le Covid-19

La ligne directrice actuelle du CDC pour les patients positifs au Covid-19 est de les isoler à la maison et de surveiller leurs symptômes tout en veillant à ce qu’ils soient correctement hydratés et prennent des « médicaments en vente libre, comme l’acétaminophène ».

Les traitements médicaux ne sont disponibles que pour les patients hospitalisés.

Le Dr Cole, bien que certifiée en gynécologie-obstétrique, ne se concentre plus uniquement sur la gynécologie et a traité plus de 550 patients atteints du Covid-19.

Elle dit comprendre la crainte que les femmes enceintes peuvent avoir de contracter une maladie grave telle que le Covid-19.

Néanmoins, cette dernière n’est pas d’accord avec le CDC et affirme que les gens peuvent être traités tôt à l’hydroxychloroquine au lieu d’attendre que la maladie ne progresse et ne nécessite une hospitalisation.

Elle recommande également la prise de 1 000 milligrammes de vitamine C deux fois par jour et de « 2 000 à 5 000, unités internationales par jour » de vitamine D pour aider à renforcer le système immunitaire.

Les personnes concernées doivent en discuter avec leur médecin avant de prendre ces compléments.

« C’est donc effrayant, c’est effrayant, mais la grande majorité des femmes qui sont enceintes ont moins de 40 ans, le taux de mortalité est donc extrêmement faible », a déclaré Cole.


« Et les gens n’ont pas besoin d’aller à l’hôpital s’ils sont traités rapidement, ou s’ils ont recours à la prévention anticipée. »

« Maintenant, l’hydroxychloroquine peut être utilisée en toute sécurité chez les femmes enceintes, elle peut être utilisée dans n’importe quelle tranche d’âge, elle peut être utilisée en toute sécurité chez les femmes qui allaitent », a-t-elle ajouté.

L’hydroxychloroquine est un médicament approuvé par la FDA, utilisé depuis 65 ans pour traiter le lupus, l’arthrite rhumatoïde et le paludisme.

Il est prescrit à divers groupes de personnes, notamment aux femmes enceintes ou allaitantes, aux enfants et aux personnes dont le système immunitaire est affaibli.

La médiatisation politique autour du médicament continue d’éclipser les études qui montrent que l’hydroxychloroquine est sûre et efficace dans le traitement du Covid-19.

Selon c19study.com, qui suit les essais cliniques sur l’hydroxychloroquine dans le monde entier, les 27 études sur le traitement précoce de l’hydroxychloroquine ont toutes fait état d’un « effet positif et d’une réduction estimée de 65 % de l’effet mesuré (décès, hospitalisation, etc.) ».

Cependant, le médicament n’est « pas efficace lorsqu’il est utilisé très tard à fortes doses sur une longue période ».


La FDA indique que l’hydroxychloroquine n’est pas approuvée pour le traitement du Covid-19.

Les fabricants de vaccins qui ont reçu une autorisation d’urgence de la FDA sont exemptés de toute responsabilité pour tout événement indésirable qui pourrait survenir après avoir reçu un vaccin contre le Covid-19.

Les personnes atteintes d’effets secondaires à cause du vaccin doivent déposer une demande d’indemnisation dans un délai d’un an et prouver leur préjudice dans le cadre du programme d’indemnisation des préjudices liés aux contre-mesures, mis en place à la suite de la loi sur la préparation du public et la protection civile (pdf) en 2005.

Source : theepochtimes

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail