Polémique des restaurants clandestins : Philippe Etchebest prend position

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Polémique des restaurants clandestins : Philippe Etchebest prend position

Malgré l’interdiction, certains restaurants continuent de recevoir des clients en toute discrétion.

Alors que la situation suscite le scandale, Philippe Etchebest s’est exprimé. Grand défenseur des cuisiniers, il « comprend » leurs motivations.

La situation est censée être la même pour tout le monde : les bars et restaurants ne doivent pas accueillir de clients.

Pourtant, certains bravent l’interdiction : comme l’a révélé Le Parisien, des établissements continuent de travailler en salle, dans une ambiance digne de la prohibition.


Cachés derrières des devantures fermées, parfois accessibles via la porte de derrière, des restaurants d’Ile-de-France affichent complet dans l’illégalité la plus totale.

« Si j’ouvre c’est pour faire plaisir à mes clients, on est plein tous les midis. Mais c’est vrai qu’avec les aides et cette ouverture illégale, ça permet de survivre. Si on arrêtait, on serait mort », affirme un chef dans Le Parisien, en assumant totalement de « n’avoir jamais fermé, même durant le premier confinement ».

Dans ces restaurants clandestins, les mesures sanitaires sont bien souvent oubliées : pas de masque, pas de gel hydroalcoolique et une distanciation sociale toute relative voire inexistante.

Et comme le précise Le Parisien, les fumeurs peuvent également y griller des cigarettes à l’occasion.


« Bien sûr, on craint d’être dénoncé par des jaloux, mais en fait, les policiers du coin sont au courant, ils ferment les yeux », a confié un chef. Le Parisien indique en effet que « les policiers n’ont pas fait de la traque des restaurants clandestins une priorité » : « On n’a même aucune consigne à ce sujet et on n’organise aucun dispositif ou aucune patrouille spécifiques pour ce type de faits », a ainsi expliqué un commissaire au quotidien.

L’article a fait polémique dès sa mise en ligne : de nombreux internautes ont vivement dénoncé l’apparente impunité de ces restaurants parfois fréquentés par des policiers et des magistrats. Philippe Etchebest, lui, s’est montré plus clément.

Défenseur des restaurateurs, il ne les condamne pas : « Je n’appelle pas à la désobéissance, mais je comprends, a-t-il confié au Parisien. Certains sont au bout du bout, ce qui les amène à prendre ce genre de décisions extrêmes. »

Le chef espère que les nouvelles mesures permettront de limiter le phénomène : « Aujourd’hui, les aides gouvernementales concernent davantage de restaurateurs et sont mieux adaptées. Mais la situation reste très compliquée pour beaucoup d’entre nous. Il y aura des drames. »

Ces aides, les restaurateurs ne pourront plus les toucher en cas de fermeture administrative pour ouverture illégale.


« Ne plus pouvoir servir en salle crée un manque psychologique chez certains qu’ils essayent sans doute de combler de cette façon. Mais ceux qui ouvrent s’exposent à un grand nombre de désagréments », a prévenu l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie.

Et certains ont déjà été sanctionnés : la préfecture de police indique dans ses rapports que 21 établissements ont été fermés en Ile-de-France au mois de janvier.

Soit 21 restaurateurs qui ont tout perdu en jouant avec le feu.

Source : voici.fr

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail